LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pouvons-nous discuter des goûts et des coule ... L'Homme a-t-il le droit d'utiliser sur l'Homm ... >>


Partager

Peut-on se dégager des illusions de la conscience ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on se dégager des illusions de la conscience ?



Publié le : 3/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Peut-on  se dégager des illusions de la conscience ?
Zoom

Un individu victime de l’illusion croit vrai ce qui ne l’est pas, par exemple il croit le bâton brisé dans l’eau alors que c’est le phénomène de la réfraction qui fait que nous le voyons brisé. Le jugement permet de corriger notre erreur. Mais il s’agit alors d’une illusion de la perception et non d’une illusion de la conscience, autrement dit dans le cas de l’illusion de la perception l’individu peut de lui-même sortir de l’illusion, ce n’est pas le cas pour l’illusion de la conscience. Prenons l’exemple de l’individu qui, dominé par ses désirs, fera tout son possible pour les assouvir et continuera à penser qu’il est libre d’agir. Il aura l’illusion d’une liberté. Or comment peut-il s’en rendre compte, comment l’individu peut-il s’affranchir de ses illusions s’il ne peut le faire par lui-même ? Si nous pouvons nous dégager des illusions de la conscience nous ne pouvons le faire que par l’intermédiaire d’un juge extérieur. Mais plusieurs obstacles se dressent alors contre cette solution. En effet nous avons plus confiance en notre conscience qu’en celle d’autrui. D’autre part une conscience peut-elle juger correctement une autre conscience ? Enfin l’intériorité de la conscience pose le problème de son jugement, autrui ne pouvant avoir accès à ma conscience. La possibilité de s’affranchir des illusions de notre conscience suppose que nous admettions les limites de notre propre conscience et que nous accordions notre confiance à un juge extérieur (autrui, la société…). L’individu prisonnier d’une idéologie peut par exemple s’en libérer par sa famille, elle s’efforce de lui montrer qu’il est dans l’erreur et que la croyance en cette idéologie, loin de lui être bénéfique, lui est nuisible. Mais la remise en cause du pouvoir la conscience, autrement dit la mise en évidence de ses faiblesses, peut avoir pour conséquence le scepticisme. L’individu constatant les insuffisances de sa conscience perd tout espoir d’accéder à la connaissance et préfère suspendre son jugement. Il faut donc trouver une solution qui permette à l’individu de s’affranchir des illusions de sa conscience tout en évitant l’impasse du scepticisme.



3.2 La méfiance vis-à-vis de la conscience permet de la juger plus rigoureusement et d'en faire un meilleur usage. « Nous avons toujours des objets qui frappent nos yeux ou nos oreilles, et par conséquent l'âme en est touchée aussi, sans que nous y prenions garde, parce que notre attention est bandée à d'autres objets, jusqu'à ce que l'objet devienne assez fort pour l'attirer à soi en redoublant son action ou par quelque autre raison ; c'était comme un sommeil particulier à l'égard de cet objet-là, et ce sommeil devient général lorsque notre attention cesse à l'égard de tous les objets ensemble [...] Toutes les impressions ont leur effet, mais tous les effets ne sont pas toujours notables; quand je me tourne d'un côté plutôt que d'un autre, c'est bien souvent par un enchaînement de petites impressions, dont je ne m'aperçois pas, et qui rendent un mouvement un peu plus malaisé que l'autre. Toutes nos actions indélibérées sont des résultats d'un concours de petites perceptions, et même nos coutumes et passions, qui ont tant d'influence dans nos délibérations, en viennent : car ces habitudes naissent peu à peu, et par conséquent sans les petites perceptions on ne viendrait point à ces dispositions notables [...] En un mot, c'est une grande source d'erreurs de croire qu'il n'y a aucune perception dans l'âme que celles dont elle s'aperçoit. » LEIBNIZ, Nouveaux essais, II 1. CONCLUSION A la question « Peut-on se dégager des illusions de la conscience ? » la réponse est affirmative mais nécessite de la part de l'individu un regard critique sur lui-même et la prise en compte de la validité d'un regard extérieur. La remise en cause du pouvoir de la conscience ne consiste qu'à délimiter son domaine d'action en laissant la porte ouverte à l'inconscient.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2019 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Peut-on se dégager des illusions de la conscience ? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit