Peut-on parler d'une loi du plus fort ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La politique peut-elle vraiment respecter la ... L'homme a-t-il un penchant à l'insociabilité ... >>


Partager

Peut-on parler d'une loi du plus fort ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on parler d'une loi du plus fort ?



Publié le : 7/10/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Peut-on parler d'une loi du plus fort	?
Zoom

> Intro :
 
 La Fontaine disait dans Le Loup et l'Agneau, « La raison du plus fort est toujours la meilleure «. De plus, nous vivons dans un monde régit par de nombreuse lois. Il serait donc intéressant de se demander si la loi n'est pas faite dans l'intérêt de celui qui dirige, donc dans l'intérêt de plus fort. Pourtant, seule une minorité de personnes sont au pouvoir, et sont donc qualifiées de fortes, alors que la majorité se doit d'obéir au pouvoir. Il semblerait donc logique que la loi soit décidée dans l'intérêt des plus faibles, et non pas dans celui des plus forts. Finalement, il conviendrait donc de se demander si la loi ne va pas seulement dans l'intérêt de ceux qui l'ont faite, dans l'intérêt des gouvernants, donc dans l'intérêt des plus forts, en d'autres termes, existe-t-il une loi du plus fort ?
 
 > I- les lois sont faites dans l'intérêt du plus fort.
 

 A travers le monde et à travers l'histoire, nous pouvons remarquer qu'un grand nombre lois régissent notre vie : les lois naturelles ( loi de la gravité par exemple ) ou encore la loi d'une société. Ce qu'on appelle la loi dans une société, ce sont les règles promulguées par un dirigeant, que tout individu se doit de suivre et dont la transgression est punie. La loi se devrait donc d'être juste envers chaque individu, puisque chacun doit la respecter, et ne devrait avantager personne, ni celui qui l'a faite, ni aucune catégorie sociale, ni aucune autre personne. La loi devrait mettre à égalité tous les individus d'un même ensemble et ne pas faire de différence entre forts et faibles ( selon la Déclaration universelle des droits de l'homme, en 1948, « Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi « ). Pourtant, s'il y a toujours des forts et des faibles dans les sociétés, c'est bien parce que la loi n'est pas faite équitablement. Si elle l'était, tout le monde serait au même niveau et il n'existerait donc plus de forts ni de faibles. Il paraît donc évident, face à cela, que la loi puisse avantager, ne serait-ce qu'un minimum, une certaine catégorie de personnes : les forts. Les plus forts veulent toujours que leur loi s'impose ; ceux qui accèdent au pouvoir sont considérés comme forts ( un président ou un roi par exemple ) puisque ce sont eux qui dirigent, ce sont eux qui possèdent le pouvoir. Ils vont être à l'origine des lois qui, logiquement, ne vont pas aller contre eux. Ces lois vont donc aller dans l'intérêt du dirigeant et des siens. C'est ce qu'on peut le voir dans le mythe de Gygès : à partir du moment où le berger s'empare de l'anneau, il est en possession d'un pouvoir ( celui de disparaître ) qui le rend extrêmement puissant. Il va par la suite se servir de cette force pour tuer le roi, s'emparer du trône, et gouverner à sa guise. Il se sera donc servit de cette supériorité dans son intérêt. Il était le plus fort et il s'est imposé. De même que dans certains régimes comme les dictatures, les tyrannies : dans les Monarchies Absolues de Droits Divins, le roi détient soi-disant, ses pouvoirs de Dieu ; il est donc le plus fort, possède tous les droits et va gouverner de manière injuste dans son propre intérêt sans se soucier de son peuple. Les pouvoirs et droits appartiennent à une seule et même personne, qui va gouverne selon ses idées, en n'acceptant pas l'opposition ; il va donc gouverner selon la loi du plus fort. De plus, l'injustice existe bien partout dans le monde. Tous les êtres ne sont pas à égalité : il y a des forts et des faibles. On peut illustrer cela par l'exemple du réseau trophique : les plus faibles sont en bas de la chaîne alimentaire, les plus forts comme les grands prédateurs, au-dessus, survivant grâce aux faibles. L'injustice est partout, depuis toujours. Il doit certainement exister une loi du plus fort, au vu de toutes les inégalités que l'on peut constater sur terre : par exemple, certains meurent de faim alors que d'autres ont tendance à gaspiller ce que certains n'ont pas. Certains ont tout alors que d'autres n'ont rien. Les plus forts font régner leurs lois, calculent en fonction de leurs intérêts. Un exemple de loi du plus fort : la condamnation de Socrate ; ce qu'il pensait dérangeait les dirigeants, ils l'ont donc condamné à mort parce que les idées qu'il véhiculait n'allait pas dans leur intérêt et pouvait même peut-être se retourner contre eux à un moment. Ils avaient le pouvoir de le faire taire, ils s'en sont servi.Tous les hommes sont à la base égaux, pourtant, le monde, la société telle qu'elle est depuis quelques temps nous prouve bien qu'il existe malheureusement un loi du plus fort. Hitler était persuadé qu'il existait une race supérieure à une autre, ici les aryens considérés comme meilleurs que les juifs. Il a utilisé son pouvoir et cette prétendue supériorité aryenne pour commettre le génocide juif pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le même sort était réservé aux handicapés, qu'ils soient physiques ou mentaux : ils n'avaient pas les mêmes « aptitudes «, ils étaient donc faibles et ont été tout comme les juifs, massacrés. A cela, il faut en plus se rendre à une évidence : la monde juste, le monde idéal comme l'imaginait Platon ou Socrate n'existe pas. Les inégalités font partie de notre quotidien, les forts gouvernent les plus faibles en pensant tout d'abord à eux. Mais puisqu'il y a des forts et des faibles, il semblerait logique que ce soient les plus forts qui gouvernent, qui fassent les lois, puisqu'ils sont, par définition, supérieurs aux autres, comme le dit Calliclès : « La justice consiste en ce que le meilleur ait plus que le moins bon et le plus fort plus que le moins fort. Partout il en est ainsi, c'est ce que la nature enseigne, chez toutes espèces animales, chez toutes les races humaines et dans toutes les cités. «. Il fait ici l'apologie de la loi du plus fort. C'est aussi la position de Thrasymaque dans La République, de Platon. Pour lui, tout gouvernement doit faire dans son intérêt propre, il faut gouverner dans l'intérêt du gouvernant. Les lois vont être faites par celui qui gouverne dans son intérêt avant tout. Le plus fort est le meilleur, il ne peut se tromper, il ne peut donc faire de mauvaises lois.Platon et Socrate recherchent la meilleure façon de gouverner, mais aucun régime politique n'est parfait. Ils se représentent un idéal, avec la justice et la paix, mais c'est un idéal d'une part difficile à atteindre et d'autre part qui ne peut pas durer, qu'il faudra toujours reconquérir, toujours mériter.
 >Il y a donc bien des raisons de penser qu'il existe une loi du plus fort, puisque que l'homme qui gouverne propose d'abord des lois allant dans son intérêt. Pourtant, le but premier du dirigeant serait de faire des lois dans l'intérêt de ceux qu'il dirige. Il serait donc normal que les lois soient dans l'intérêt de la majorité plutôt que dans l'intérêt de la minorité dirigeante : cela voudrait-il que la loi du plus fort n'existe pas ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Peut-on parler d'une loi du plus fort	? Corrigé de 3139 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Peut-on parler d'une loi du plus fort ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Peut-on parler d'une loi du plus fort ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit