NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il une servitude volontaire ? La vérité est-elle contraignante ou libératr ... >>


Partager

Peut-on renoncer à la liberté?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on renoncer à la liberté?



Publié le : 26/3/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Peut-on renoncer à la liberté?
Zoom

En quelque sens qu'on prenne le mot «liberté«, il paraît incompréhensible qu'on puisse y renoncer. La liberté politique n'est-elle pas notre bien le plus cher ? Une raison de vivre, et suffisante pour que certains y voient une raison de mourir ? À la rigueur pourrait-on se résoudre à la perdre, sous l'effet d'une irrésistible contrainte (occupation étrangère, oppression tyrannique). Mais plier devant la force, c'est se résigner, non renoncer.
Mieux : comment renoncerais-je au premier des droits universels de l'homme ? Si la liberté définit l'humanité, alors, comme l'affirme Rousseau dans le Contrat social, «renoncer à la liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme « (I, 4). Il n'est pas plus en mon pouvoir qu'en celui d'une quelconque autorité de me dépouiller de ma nature. Quant à la liberté des philosophes, le libre arbitre, de deux choses l'une: soit j'en suis effectivement pourvu, auquel cas je tenterais vainement de l'abdiquer. C'est encore par une libre décision que je choisirais de ne plus être libre, et ma liberté se trouverait affirmée dans l'acte même par lequel je prétendrais la nier. Soit le libre arbitre est une illusion, et la question ne se pose plus. Nul ne renonce à ce qu'il n'a pas. Tout au plus pourrait-on renoncer à Vidée de libre arbitre et faire son deuil d'une puissance où l'homme a longtemps cru voir sa définition même.
Et pourtant, le renoncement - ou la renonciation - à la liberté est un fait. Car renoncer n'est pas toujours sacrifier ; c'est aussi abandonner, capituler, s'avouer vaincu. Le randonneur renonce parce que la pente est trop raide ou le sac trop lourd. Il y aurait beaucoup à dire sur notre prétendu amour de la liberté. La facilité avec laquelle nous y renonçons - individus et peuples - au profit de la sécurité et du confort, fait naître des doutes. La philosophie politique ne s'est pas seulement demandée, avec Rousseau, de quels droits l'homme devait se dessaisir (à quelle liberté il devait renoncer) pour être libre en société. Elle s'est aussi aperçue qu'il faudrait que cet homme surmonte un certain penchant naturel à la servitude. Supposerait-on même que la liberté est inscrite au cœur de l'homme, comme sa définition même, il faudrait encore être sûr que cette condition ne lui paraît pas trop onéreuse et qu'il ne préférera pas déposer ce fardeau à la première occasion. Sartre, qui a dit de l'homme qu'il était « condamné à être libre «, n'a-t-il pas passé sa vie à étudier les ruses déployées par ce même homme pour échapper à ce privilège ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 11324 mots (soit 16 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Peut-on renoncer à la liberté? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit