NoCopy.net

Peut-on soutenir que tout est relatif ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on soutenir que rien dans le monde ne s ... Peut-on tirer des leçons de l'expérience ? >>


Partager

Peut-on soutenir que tout est relatif ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on soutenir que tout est relatif ?



Publié le : 24/12/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Peut-on soutenir que tout est relatif 	?
Zoom

« Tout est relatif « est une expression que nous employons couramment pour dire que nous ne pouvons trancher une question, pas forcément parce que nous manquons des connaissances nécessaires, mais parce que nous pensons ne pas pouvoir donner une réponse satisfaisante parce que nous ne sommes pas assez certains de connaître toutes les implications d'une réponse éventuelle.

Le sérieux, c'est le caractère de ce qui a été réfléchi mûrement, en conscience, en s'efforçant d'utiliser au mieux tous les moyens possibles et en refusant de céder à la facilité. Dire que tout est relatif, est-ce une attitude sérieuse, exploitant au mieux les capacités de la raison, ou est-ce une attitude lâche, refusant l'effort de la pensée ou de la rigueur ? C'est ce qui est demandé ici.

Qu'implique le fait de dire que « tout est relatif «, et d'où ce besoin de dire pareille chose peut-il venir ? On est constamment confronté au caractère insaisissable et incompréhensible d'une très grande partie du réel, et à la conscience des limites de nos propres points de vue, forcément partiels, sur les choses.  Dire « tout est relatif «, c'est d'une certaine manière se désengager de la pensée, refuser de choisir une position sur un problème en raison d'une incapacité ressentie ou imaginée plutôt que prouvée, incompréhension provoquée par une conscience du caractère changeant du monde. Alors une telle attitude n'a rien de productif, elle est un simple refus de s'impliquer, celui qui l'adopte reste en marge des choses. Il est difficile de soutenir cette position comme s'il s'agissait d'une conception philosophique rigoureuse.

Mais on peut aussi entendre « tout est relatif « dans un sens plus philosophique, qui reposerait sur une définition rigoureuse du concept de relativité et correspondrait à une vision du monde élaborée sur la base de l'observation du caractère fluctuant des choses – il s'agirait pour cette conception de définir la place de l'homme et l'ordre du monde en tenant compte de cette fluctuation : confronter l'homme à cette fluctuation, l'observer, en découvrir éventuellement certaines lois, mais ne pas s'en désengager.

Il semble ainsi y avoir deux niveaux différents de l'expression « tout est relatif «. On pourrait préciser l'objectif et définir à quelles conditions et dans quels domaines il est pertinent et « sérieux « de soutenir que tout est relatif.



Définition des termes du sujet : « Tout est relatif » est une expression que nous employons couramment pour dire que nous ne pouvons trancher une question, pas forcément parce que nous manquons des connaissances nécessaires, mais parce que nous pensons ne pas pouvoir donner une réponse satisfaisante parce que nous ne sommes pas assez certains de connaître toutes les implications d'une réponse éventuelle. Le sérieux, c'est le caractère de ce qui a été réfléchi mûrement, en conscience, en s'efforçant d'utiliser au mieux tous les moyens possibles et en refusant de céder à la facilité. Dire que tout est relatif, est-ce une attitude sérieuse, exploitant au mieux les capacités de la raison, ou est-ce une attitude lâche, refusant l'effort de la pensée ou de la rigueur ? C'est ce qui est demandé ici. Qu'implique le fait de dire que « tout est relatif », et d'où ce besoin de dire pareille chose peut-il venir ? On est constamment confronté au caractère insaisissable et incompréhensible d'une très grande partie du réel, et à la conscience des limites de nos propres points de vue, forcément partiels, sur les choses.  Dire « tout est relatif », c'est d'une certaine manière se désengager de la pensée, refuser de choisir une position sur un problème en raison d'une incapacité ressentie ou imaginée plutôt que prouvée, incompréhension provoquée par une conscience du caractère changeant du monde. Alors une telle attitude n'a rien de productif, elle est un simple refus de s'impliquer, celui qui l'adopte reste en marge des choses. Il est difficile de soutenir cette position comme s'il s'agissait d'une conception philosophique rigoureuse. Mais on peut aussi entendre « tout est relatif » dans un sens plus philosophique, qui reposerait sur une définition rigoureuse du concept de relativité et correspondrait à une vision du monde élaborée sur la base de l'observation du caractère fluctuant des choses - il s'agirait pour cette conception de définir la place de l'homme et l'ordre du monde en tenant compte de cette fluctuation : confronter l'homme à cette fluctuation, l'observer, en découvrir éventuellement certaines lois, mais ne pas s'en désengager.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Peut-on soutenir que tout est relatif 	? Corrigé de 3627 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Peut-on soutenir que tout est relatif ?" a obtenu la note de : aucune note

Peut-on soutenir que tout est relatif ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit