NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Sommes nous libres ou déterminés ? L'indépendance suffit-elle à définir la libe ... >>


Partager

Peut-on subordonner les droits de l'homme à la raison d'État ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on subordonner les droits de l'homme à la raison d'État ?



Publié le : 31/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Peut-on subordonner les droits de l'homme à la raison d'État ?
Zoom

Les hommes d’Etat font parfois appel à la raison d’Etat afin de justifier des « entorses aux droits de l’homme «. On prétend alors que la survie de l’Etat ou de la nation est en jeu, et qu’il faut donc restreindre les libertés civiles et autres droits proclamés par les Déclarations successives des droits de l’homme (1789, 1948, etc.). Bien que la morale semble condamner derechef de tels actes, le politique tend à répondre que si les droits de l’homme doivent, en général, être respectés, certaines crises justifient de passer outre. Il semble donc qu’on puisse, en pratique, subordonner les droits de l’homme à la raison d’Etat. Mais peut-on le faire en droit ? Et quelles sont les implications de ce rapport de la théorie à la pratique, ou du fait au droit ?



Il se justifie en affirmant, par exemple, que respecter les droits de l'homme nuirait à l'efficacité de la lutte anti-terroriste. Ainsi, on subordonne alors, en droit (positif), les droits (naturels) de l'homme à la raison d'Etat.   - Bien que ces violations des droits de l'homme soient entérinées par la loi, les citoyens se doivent de dénoncer un tel « état d'exception » (cf. Antigone de Sophocle, les « lois naturelles et non écrites »). En effet, une démocratie qui accepte de suspendre l'état de droit lorsqu'il s'agit d'une catégorie déterminée de personnes (fût-elles « terroristes ») se met immanquablement en danger elle-même, puisqu'elle perd ce qui précisément la caractérisait : le respect de l' « état de droit » et donc des droits de l'homme (cf. Jacques Derrida, Etat voyou, 2003).   - C'est ce paradoxe que souligne Zola lors de l'Affaire Dreyfus. Sacrifier un Juif innocent sur l'autel de la Patrie, ce n'est pas causer du tort uniquement à un individu transformée en bouc émissaire, mais renier les droits de l'homme. A travers l'injustice exercée envers un seul, c'est l'humanité entière qui est affectée. S'il s'agit effectivement de l'intérêt du Tout, alors la morale utilitariste implicitement mise en oeuvre par les Encyclopédistes se révèle inopérante : les cas d'erreurs judiciaires montrent que ce n'est pas simplement la victime directe qui pâtit du non-respect des droits de l'homme, mais l'ensemble du système judiciaire, politique et social.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 868 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Peut-on subordonner les droits de l'homme à la raison d'État ? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit