NoCopy.net

Que peux-t-on savoir du moi ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Que peut-on savoir de soi ? Que pouvons-nous apprendre ? >>


Partager

Que peux-t-on savoir du moi ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Que peux-t-on savoir du moi ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Que peux-t-on savoir du moi	?
Zoom

Quel type de connaissance de nous-mêmes la conscience peut-elle alors nous apporter ? S’agit-il d’une connaissance du moi comme substance ou du moi psychologique ? La connaissance du moi est-elle vraiment une connaissance simple et privilégiée qui nous est fournie par le caractère réflexif de la conscience ? Nous nous demanderons dans un premier temps ce que la conscience peut nous apprendre sur le moi, avant de nous demander dans quelle mesure nous pouvons opérer un travail pour connaître un moi qui ne se donnerait pas d’emblée par la conscience, mais dont une part nous résisterait, avant de nous demander si la connaissance du moi n’est pas une illusion qui repose sur notre besoin de stabilité et d’identité.



Or, il y a une chose que je ne peux révoquer en doute, c'est le fait précisément que je doute : je ne peux douter de ce mouvement de la pensée qui est réflexif, et m'apprend qu'il existe un moi qui pense, donc qui est (cogito ergo sum). Le moi est donc la connaissance première et immédiate, fournie directement par la conscience que je pense. Le moi est ainsi connu comme substance pensante, qui s'oppose à la substance étendue qu'est la matière et dont fait partie le corps : lorsque je doute, je ne peux douter qu'il y a un moi qui doute, mais je peux douter de l'existence de mon corps, qui pourrais être le résultat d'une hallucination ou d'un rêve. Ce que l'on peut en toute certitude savoir du moi, c'est donc que mon âme existe comme substance stable et permanente qui est le sujet de mes pensées.               2° On peut connaître du moi ce que nous faisons accéder à la conscience             Le moi tel que le révèle la conscience cartésienne nous donne à connaître qu'il y a un sujet qui pense. Mais, d'une part, cette connaissance ne m'apprend pas ce qui caractérise singulièrement mon moi : elle n'est pas connaissance de mon moi psychologique, mais de l'essence de toute âme humaine, qui s'oppose aux différents états du moi au cours du temps. D'autre part, cette connaissance suppose que tout ce que je peux connaître du moi m'est directement fourni par la conscience. Freud, à partir de l'hypothèse de l'inconscient, s'oppose à ces deux affirmations : chaque sujet est en prise avec la tentative de connaître son moi propre, qui est le résultat de son histoire psychologique singulière. Mais le moi n'est qu'une instance de ma vie psychologique, qui est aussi constituée par l'inconscient, qui comprend la ça et le surmoi. Il faut alors admettre qu'une partie de ce que je suis échappe au moi conscient par nature, que ce que je peux connaître du moi n'est pas donné directement et que je ne pourrais jamais connaître tout ce qui est refoulé dans l'inconscient.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Que peux-t-on savoir du moi	? Corrigé de 1786 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Que peux-t-on savoir du moi ?" a obtenu la note de : aucune note

Que peux-t-on savoir du moi ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit