NoCopy.net

Le philosophe est-il sceptique ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le philosophe est-il sceptique ? la 4 eme et la 5 eme republique >>


Partager

Le philosophe est-il sceptique ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le philosophe est-il sceptique ?



document rémunéré

Document transmis par : Lou06


Publié le : 3/1/2013 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Le philosophe est-il sceptique ?
Zoom



Il semble évident que tout individu s&apos;est déjà remis en question ou a douté de lui même, et que nous ayons tous eu des doutes sur des choses dites, sur une vérité quelconque ou encore sur le monde qui nous entoure. Nous pouvons alors nous demander si le philosophe est sceptique.

Le scepticisme est une doctrine selon laquelle la vérité est inaccessible à l&apos;esprit humain, ou que l&apos;on ne peut jamais être sur de l&apos;atteindre. Dans les deux cas il est indissociable du doute dit « sceptique « lequel, et dans la mesure où il n&apos;est aucunement transitoire ne peut conduire à la suspension du jugement. Le philosophe est en quête permanente de la vérité et du savoir, il éprouve ainsi un désir culturel et un sentiment d&apos;insatisfaction . Il dénonce les préjugés et recherche les causes des effets. Karl Japsers définissait le philosophe comme celui qui était en chemin, qui évoluait sans cesse et sans jamais s&apos;arrêter. Nous pouvons définir le philosophe comme un témoin de son temps, tel que Platon fut le témoin du temps de Socrate.

Est-ce que le philosophe est toujours à la recherche d&apos;une vérité ou du doute pour y parvenir ? Nous traiterons successivement le fait que le philosophe soit partisan du scepticisme puis a contrario qu&apos;il démonte les principes des sceptiques afin de laisser s&apos;exprimer le dogmatisme.

Pyrrhon d&apos;Elis fondateur du scepticisme l&apos;avait défini comme un « examen «, qui l&apos;avait inscrit dans une perspective éthique, c&apos;est à dire une tranquillisation de l'âme afin de parvenir à l&apos;ataraxie puis à la sagesse. Ce raisonnement était basé sur la suspension du jugement, il prétendait que si on ne s&apos;attardait pas à démontrer, à vouloir tout expliquer, à se questionner sur tout, à vouloir tout connaître, on apaiserait notre esprit. Le scepticisme ne croit ni au caractère absolu de la vérité, ni au caractère objectif du bien. C&apos;est pour cela qu&apos;il représente un relativisme radical. Tout les philosophes sceptiques sont dans le doute le plus total, ne parvenant ni à a...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Le philosophe est-il sceptique ? Corrigé de 953 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le philosophe est-il sceptique ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Le philosophe est-il sceptique ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit