La philosophie a-t-elle un objet propre ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La philosophie peut-elle dépasser son temps ? La philosophie peut-elle être considérée comm ... >>


Partager

La philosophie a-t-elle un objet propre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La philosophie a-t-elle un objet propre ?



Publié le : 15/4/2004 -Format: Document en format HTML protégé

La philosophie a-t-elle un objet propre ?
Zoom

• Philosophie(s) et science(s).

 Pendant longtemps ces rapports n\'ont pas fait problème en ce sens qu\'il y avait assimilation de la philosophie au travail d\'un savoir universel. Cf. Descartes, Principes, Préface :
 « Toute la philosophie est comme un arbre dont les racines sont la Métaphysique et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences «.
 Le savoir scientifique faisait partie de la philosophie.

 • Mais sous la pression des questions issues de la « dissidence « des sciences, la philosophie a été contrainte à remettre son contenu en jeu.

 • Son objet serait-il alors les « terrains « que les disciplines scientifiques n\'ont pas encore occupés de façon assurée?
 (On s\'expliquerait ainsi (?) que, ne pouvant plus rivaliser avec les scientifiques dans l\'investigation de « la Nature «, bon nombre de philosophes se « mobilisent « pour mettre en cause la « scientificité « des « sciences humaines « afin de se réserver un domaine « L\'Homme «).

 • Son objet serait-ce la réflexion sur les sciences ?

 Encore conviendrait-il sans doute de ne pas confondre à ce sujet épistémologie et philosophie des sciences.
 En effet, dans le cadre où l\'objet de la philosophie serait — d\'une certaine façon — le même que celui des sciences (comment connaître objectivement le monde?) on peut faire valoir que la démarche philosophique peut prendre la forme d\'une réflexion sur les méthodes de la pensée ou sur la valeur des résultats obtenus par la mise au travail des méthodes précédentes.
 Mais la réflexion sur les méthodes d\'une science (l\'épistémologie d\'une science) ne relèverait-elle pas actuellement de telle ou telle compétence scientifique particulière?
 Ne serait-ce pas l\'homme de science et non le philosophe qui peut critiquer, corriger, perfectionner les méthodes propres à sa science (en fonction des problèmes spécifiques qui se posent)?

 • Les philosophes n\'auraient-ils pas un rôle à jouer dans la philosophie des sciences, et plus précisément dans l\'histoire des sciences (une histoire entendue comme une histoire des différentes pratiques (et de leurs articulations) qui concourent à la production de connaissances scientifiques)?
 Il n\'est pas inintéressant à ce sujet de constater que si les philosophes peuvent être « naïfs «, en science, les scientifiques peuvent être « naïfs « en philosophie... et faire de la philosophie sans le savoir et (ou) de façon irréfléchie et ignorante.
 
La Philosophie comme réflexion (et non nécessairement comme connaissance à proprement parler) sur les « valeurs «, les fins.

 • La Philosophie comme autre « mode de penser « que le (ou
 les?) mode(s) de penser scientifique(s).

 • La Philosophie comme questionnement réfléchi (et infini?) à propos de problèmes qui se posent (ou semblent se poser) de façon « inéluctable «?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La philosophie a-t-elle un objet propre ? Corrigé de 982 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "La philosophie a-t-elle un objet propre ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

La philosophie a-t-elle un objet propre ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit