LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< HEGEL: Conscience, volonté et humaité. Aristote: Des êtres vivants répugnants ! >>


Partager

La pitié est naturelle à l'homme

Philosophie

Aperçu du corrigé : La pitié est naturelle à l'homme



Publié le : 9/5/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La pitié est naturelle à l'homme
Zoom

Naturellement, l'homme est un être faible, en proie aux difficultés naturelles communes au genre humain : les chagrins, les besoins, les douleurs. Et tout cela pour, à la fin, mourir.
Cette vie serait donc insupportable si n'était ce sentiment profond qui unit tous les hommes : la pitié, la bonté naturelle de l'homme. La pitié prolonge l'amour de soi et permet à « l'humanité souffrante « de vivre ensemble. Bref, nos besoins communs nous unissent par intérêt, « nos misères communes nous unissent par affection « (Rousseau).

 



Les hommes ne sont naturellement ni rois, ni grands, ni courtisans, ni riches ; tous sont nés nus et pauvres, tous sujets aux misères de la vie, aux chagrins, aux maux, aux besoins, aux douleurs de toute espèce ; enfin, tous sont condamnés à la mort. Voilà ce qui est vraiment de l'homme ; voilà de quoi nul mortel n'est exempt. Commencez donc par étudier de la nature humaine ce qui en est le plus inséparable, ce qui constitue le mieux l'humanité. À seize ans l'adolescent sait ce que c'est de souffrir ; car il a souffert lui-même ; mais à peine sait-il que d'autres êtres souffrent aussi ; le voir sans le sentir n'est pas le savoir, et, comme je l'ai dit cent fois, l'enfant n'imaginant point ce que sentent les autres ne connaît de maux que les siens : mais quand le premier développement des sens allume en lui le feu de l'imagination, il commence à se sentir dans ses semblables, à s'émouvoir de leurs plaintes et à souffrir de leurs douleurs. C'est alors que le triste tableau de l'humanité souffrante doit porter à son coeur le premier attendrissement qu'il ait jamais éprouvé. ROUSSEAU


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1211 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " La pitié est naturelle à l'homme " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit