LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< LUX de Victor HUGO (Les Châtiments) HUGO: L'homme et ses idées >>


Partager

« La politique de la littérature n'est pas la politique des écrivains. Elle ne concerne pas leurs engagements personnels dans les luttes politiques et sociales de leur temps. Elle ne concerne pas non plus la manière dont ils représentent dans leurs livres les structures sociales, les mouvements politiques ou les identités diverses. L'expression « politique de la littérature » implique que la littérature fait de la politique en tant que littérature. Elle suppose qu'il n'y a pas à se demander si les écrivains doivent faire de la politique ou se consacrer plutôt à la pureté de leur art, mais que cette pureté même a à voir avec la politique. Elle suppose qu'il y a un lien essentiel entre la politique comme forme spécifique de la pratique collective et la littérature comme pratique définie de l'art d'écrire. » Jacques Rancière, Politique de la littérature, éd. Galilée, 2007. Vous commenterez et discuterez ce propos de J. Rancière en le confrontant aux cinq oeuvres inscrites à votre programme ainsi qu'à d'autres oeuvres susceptibles d'éclairer votre réflexion.

Littérature

Aperçu du corrigé : « La politique de la littérature n'est pas la politique des écrivains. Elle ne concerne pas leurs engagements personnels dans les luttes politiques et sociales de leur temps. Elle ne concerne pas non plus la manière dont ils représentent dans leurs livres les structures sociales, les mouvements politiques ou les identités diverses. L'expression « politique de la littérature » implique que la littérature fait de la politique en tant que littérature. Elle suppose qu'il n'y a pas à se demander si les écrivains doivent faire de la politique ou se consacrer plutôt à la pureté de leur art, mais que cette pureté même a à voir avec la politique. Elle suppose qu'il y a un lien essentiel entre la politique comme forme spécifique de la pratique collective et la littérature comme pratique définie de l'art d'écrire. » Jacques Rancière, Politique de la littérature, éd. Galilée, 2007. Vous commenterez et discuterez ce propos de J. Rancière en le confrontant aux cinq oeuvres inscrites à votre programme ainsi qu'à d'autres oeuvres susceptibles d'éclairer votre réflexion.



document rémunéré

Document transmis par : Camille37978


Publié le : 4/10/2010 -Format: Document en format HTML protégé

« La politique de la littérature n'est pas la politique des écrivains. Elle ne concerne pas leurs engagements personnels dans les luttes politiques et sociales de leur temps. Elle ne concerne pas non plus la manière dont ils représentent dans leurs livres les structures sociales, les mouvements politiques ou les identités diverses. L'expression « politique de la littérature » implique que la littérature fait de la politique en tant que littérature. Elle suppose qu'il n'y a pas à se demander si les écrivains doivent faire de la politique ou se consacrer plutôt à la pureté de leur art, mais que cette pureté même a à voir avec la politique. Elle suppose qu'il y a un lien essentiel entre la politique comme forme spécifique de la pratique collective et la littérature comme pratique définie de l'art d'écrire. » Jacques Rancière, Politique de la littérature, éd. Galilée, 2007.
Vous commenterez et discuterez ce propos de J. Rancière en le confrontant aux cinq oeuvres inscrites à votre programme ainsi qu'à d'autres oeuvres susceptibles d'éclairer votre réflexion.
Zoom

I. La politique dans la littérature
 I.1. Le discours proprement politique
 a. Une démarcation perméable
 b. Le magistère de l'écrivain
 c. L'oeuvre comme force de proposition « politique «
 
 I. 2. L'oeuvre littéraire politiquement « non récupérable « (Sartre)
 a. La nécessaire décontextualisation
 b. La double obligation paratopique (le lieu de l'écrivain et celui de
 l'oeuvre)
 c. Polyphonie et plurivocité
 I. 3. Des enjeux spécifiques
 
 II. La politique de la littérature
 II. 1. Les modes d'implication du destinataire lecteur / spectateur
 II. 2. Vertus herméneutiques et heuristiques de l'éloignement
 II. 3. Le remodelage des horizons d'attente
 
 III. La politicité de la littérature
 
 III. 1. La formation des consciences :liberté, lucidité, dignité
 III. 2. La restauration d'une parole juste
 III. 3. Un nouveau partage du sensible
  



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 6706 mots (soit 10 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "« La politique de la littérature n'est pas la politique des écrivains. Elle ne concerne pas leurs engagements personnels dans les luttes politiques et sociales de leur temps. Elle ne concerne pas non plus la manière dont ils représentent dans leurs livres les structures sociales, les mouvements politiques ou les identités diverses. L'expression « politique de la littérature » implique que la littérature fait de la politique en tant que littérature. Elle suppose qu'il n'y a pas à se demander si les écrivains doivent faire de la politique ou se consacrer plutôt à la pureté de leur art, mais que cette pureté même a à voir avec la politique. Elle suppose qu'il y a un lien essentiel entre la politique comme forme spécifique de la pratique collective et la littérature comme pratique définie de l'art d'écrire. » Jacques Rancière, Politique de la littérature, éd. Galilée, 2007. Vous commenterez et discuterez ce propos de J. Rancière en le confrontant aux cinq oeuvres inscrites à votre programme ainsi qu'à d'autres oeuvres susceptibles d'éclairer votre réflexion." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit