NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-il possible de penser sans douter ? Est-il possible de s'affranchir de toute con ... >>


Partager

Est-il possible de penser sans douter de soi-même ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-il possible de penser sans douter de soi-même ?



Publié le : 6/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Est-il possible de penser sans douter de soi-même 	?
Zoom

La pensée peut s’entendre en un sens très large comme l’ensemble de l’activité de l’esprit. A ce titre, elle peut englober un grand nombre de choses, puisque l’esprit contient les diverses facultés que sont l’entendement, la volonté, l’imagination. C’est pourquoi Descartes  considère pour sa part dans les Méditations métaphysiques, II, que « vouloir, juger, imaginer, sentir « (car c’est l’esprit qui perçoit via les sens), font partie de la pensée. Dès lors pourquoi faudrait-il nécessairement douter pour penser ? On peut par exemple imaginer quelque chose sans avoir à douter de la réalité de cette chose, et puisque l’imagination appartient à l’esprit, ce sera une forme de pensée. Pourtant certaines des activités de l’esprit semblent perméables au doute. Ainsi, lorsque je porte un jugement sur une situation, il est toujours possible que je me trompe, c'est-à-dire que je passe à côté de la vérité. Or en un sens plus restreint, penser, qui vient du latin pensare, peser, c’est justement peser le pour et le contre, ou évaluer les raisons que l’on a de tenir quelque chose pour vrai. Dans ce sens plus restreint, on peut effectivement se demander s’il est possible de penser, c'est-à-dire maintenant de donner son assentiment à la vérité ou à la fausseté d’un jugement, sans s’être préalablement interrogé sur les raisons que l’on a de le faire. En effet, en l’absence d’une telle interrogation, on court le risque de tomber dans un dogmatisme qui affirme péremptoirement certaines choses sans preuves, et sans même accepter la confrontation des opinions dans une discussion ouverte.

 



Il est par exemple impossible de douter que 2 + 3  font 5. Et l'on peut considérer qu'il en va de même pour des vérités plus complexes auxquelles on peut accéder en usant de la démonstration. Dès lors, douter n'est pas du tout indispensable à la pensée, puisque le pensée peut être d'emblée certaine d'au moins certaines vérités.     II. L'expérience de l'erreur nous oblige à passer par le doute comme un moment de la pensée, si l'on veut véritablement accéder à une connaissance certaine.               On peut se demander dans quelle mesure la thèse soutenue par Leibniz prend assez au sérieux l'expérience de l'erreur. Lorsque l'erreur est découverte on peut se rendre compte que ce que l'on croyait certain est en réalité faux. Dès lors comment se prémunir contre l'erreur, comment être sur que ce que l'on tient pour certain est toujours vrai ? Le doute méthodique tel que le met en place Descartes  dans les Méditations métaphysiques, 1, répond à cette question. Pour trouver une vérité certaine, il faut provisoirement faire comme si tout ce que l'on croyait été faux.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3139 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Est-il possible de penser sans douter de soi-même ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit