Pourquoi avoir peur des mots ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pourquoi avoir des idées ? Pourquoi avons-nous des sens ? >>


Partager

Pourquoi avoir peur des mots ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pourquoi avoir peur des mots ?



Publié le : 29/12/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Pourquoi avoir peur des mots 	?
Zoom
  • Angles d’analyse

 
 Dans Les lois, Platon rappelle que, dans l’exercice de sa fonction, le législateur doit parfois utiliser des mythes, des récits imagés, pour persuader du bien-fondé d’une loi les citoyens qui ne se consacrent pas à l’étude du contenu de ces lois. Les mots auraient donc le pouvoir de produire, à défaut de la connaissance, l’adhésion du public, de persuader et de convaincre : s’ils ont un tel pouvoir, les mots ne sont-ils pour le politique qu’un instrument de domination ? C’est dans cette perspective d’analyse que l’on peut replacer la question de la peur des mots.
 Car qui dit peur des mots, leur confère a fortiori un certain pouvoir. C’est donc le pouvoir du langage, et même sa force, qui sont ici mis à la question.
 On s’interrogera donc sur les différents pouvoirs des mots, en essayant d’unir problématiquement leurs effets négatifs et aussi positifs. Il s’agit donc ici de justifier, et plus encore de légitimer cette peur – afin de savoir si on peut l’élever au rang d’impératif catégorique.
 C’est donc plus profondément la nature même du langage qui est ici mise à la question, au travers des mots. C’est bien sa force, son pouvoir, ses effets – et son s – qui doivent être interroger.

  • Problématique

 
                  Est-il non seulement légitime d’avoir peur des mots, mais encore possèdent-ils un pouvoir suffisamment inquiétant et dangereux pour que l’on puisse élever une telle peur au rang d’impératif quasi morale – au rang d’obligation morale ? De quelle nature est donc ce pouvoir – ou ces pouvoirs – des mots ? En quoi et dans quelle mesure constitue un danger pour l’homme et le monde ? Les mots sont-ils dangereux en eux-mêmes ou ne doit-on pas plutôt craindre de l’usage de que l’on en fait ?
Bref, c’est bien la nature des mots – et avec elle celle du langage – qu’il s’agit ici d’interroger et de mettre au jour au travers ses différents pouvoirs.



Il s'agit donc ici de justifier, et plus encore de légitimer cette peur - afin de savoir si on peut l'élever au rang d'impératif catégorique.  C'est donc plus profondément la nature même du langage qui est ici mise à la question, au travers des mots. C'est bien sa force, son pouvoir, ses effets - et son s - qui doivent être interroger.   Problématique                     Est-il non seulement légitime d'avoir peur des mots, mais encore possèdent-ils un pouvoir suffisamment inquiétant et dangereux pour que l'on puisse élever une telle peur au rang d'impératif quasi morale - au rang d'obligation morale ? De quelle nature est donc ce pouvoir - ou ces pouvoirs - des mots ? En quoi et dans quelle mesure constitue un danger pour l'homme et le monde ? Les mots sont-ils dangereux en eux-mêmes ou ne doit-on pas plutôt craindre de l'usage de que l'on en fait ? Bref, c'est bien la nature des mots - et avec elle celle du langage - qu'il s'agit ici d'interroger et de mettre au jour au travers ses différents pouvoirs.   Plan   I-                   Avoir peur des mots : force rhétorique et politique   ·        Les mots au service du pouvoir : La naissance de la démocratie athénienne fut aussi l'invention de l'agora la place publique sur laquelle les citoyens (à l'exception des esclaves) venaient prendre la parole : symbole du pouvoir donné aux assemblées de citoyens élus, la place publique est le lieu des affrontements verbaux entre les plus habiles de ces orateurs. Il faut donc savoir parler pour être élu, et savoir emporter l'assentiment des auditeurs.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Pourquoi avoir peur des mots 	? Corrigé de 3374 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Pourquoi avoir peur des mots ?" a obtenu la note de : aucune note

Pourquoi avoir peur des mots ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit