LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pourquoi n'admettons-nous pas que toutes les ... Pourquoi ne faut-il pas douter de tout ? >>


Partager

Pourquoi n'a-t-on jamais fini d'écrire l'histoire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pourquoi n'a-t-on jamais fini d'écrire l'histoire ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Pourquoi n'a-t-on jamais fini d'écrire l'histoire 	?
Zoom

• L'histoire est à la fois l'étude du passé humain, le récit des événement passé, et ce passé lui-même. C'est donc à la fois une connaissance (l'étude historique) et l'objet de cette connaissance (l'histoire de France par exemple).

• Ecrire l'histoire, c'est donc faire le récit des événements passé, les étudier, les mettre en ordre, mais aussi en dégager le sens, les causalités : quelles sont les causes de tel événements, quels étaient les véritables enjeux etc. ? Il s'agit de déterminer une vérité par rapport aux événements historique : non seulement une vérité factuelle (les événements, les dates), mais surtout une vérité quant à leur sens et leurs causes.

• L'histoire en tant qu'étude est donc soumise à l'interprétation. Il s'agit d'une interprétation des événements passé. Mais pourtant, cette interprétation ne cherche-t-elle pas à dévoiler la vérité ?

• On peut ainsi analyser ce premier problème posé par l'écriture de l'histoire : l'histoire cherche à être une science, du moins à atteindre la rigueur de la science et à trouver la vérité. Pourtant, la nécessité de se pencher toujours sur l'histoire, d'en faire de nouvelles interprétations, c'est-à-dire non seulement de l'écrire mais aussi de la réécrire, signifie-t-elle que l'histoire ne peut accéder à une vérité, qu'aucune écriture de l'histoire ne peut être vraie ?

• Ce qui nous mène à un autre problème, qui est celui de la permanence et du devenir. L'histoire est devenir, changement et mouvement, mais le devenir n'a de sens que par rapport au permanent : le sens de ce devenir, le sens de l'histoire (explication, signification) doit être permanent. Ou bien est-il possible que le sens et la vérité varient ?

 



Ainsi, on peut faire une étude historique des révolutions : non pas de chaque révolution individuellement, mais de leurs points communs, des grandes lois immuables que l'on retrouve dans chaque révolution. Ainsi, les faits révolutionnaires contemporains peuvent jeter de nouveaux éclairages sur ceux du passé : soit par leurs points communs, soit par leurs différences. Que les révolutions contemporaines diffèrent des révolutions passées permet de comprendre la vraie nature de ces dernières (qu'elles ont par exemples des causes différentes). à Si l'on n'a jamais fini d'écrire l'histoire, c'est également parce que l'histoire n'est pas achevée. * Parce que l'histoire n'est pas achevée, il y a plusieurs manières d'écrire l'histoire. Selon Hegel, on peut distinguer l'histoire originale, et l'histoire réfléchissante. - L'histoire originale est l'histoire vécue, immédiate : le récit des événements par le ou les témoins directs d'une époque. Exemples : Hérodote, Thucydide, César. C'est une histoire au présent, car l'historien est partie prenante de l'époque qu'il décrit. - L'histoire réfléchissante est une reconstruction du passé, afin d'essayer de le revivre (en esprit) ; elle s'effectue sur documents (travail d'élaboration).


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1310 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Pourquoi n'a-t-on jamais fini d'écrire l'histoire ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit