Pourquoi peut-on parler sans fin d'une oeuvre d'art ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pourquoi peut-on parler d'oeuvres d'art ? Pourquoi plaindre les passionnés ? >>


Partager

Pourquoi peut-on parler sans fin d'une oeuvre d'art ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pourquoi peut-on parler sans fin d'une oeuvre d'art ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Pourquoi peut-on parler sans fin d'une oeuvre d'art 	?
Zoom

Parler sans fin d’une œuvre d’art veut dire ne pas trouver de terrain d’entente définitif sur une œuvre d’art. Il s’agit en somme d’un désaccord dû aux multiples points de vue qu’il peut exister sur une œuvre d’art. N’est-on pas surpris de rencontrer encore de nouvelles interprétations de la Joconde plusieurs siècles après son achèvement ? Cela est valable pour toutes les toiles qui font encore débat chez les spécialistes de l’art. Le problème est que dans l’art vient se greffer les jugements de goût portés sur les œuvres. L’unanimité, l’universalité est difficile voire impossible à obtenir en matière d’art, aussi les désaccords de goût ne trouveront jamais d’issues car aucun terrain d’entente ne peut être trouvé.



Afin de distinguer cette méthode de l'iconographie, celle-ci étant considérée par eux comme l'identification et la description des sujets, thèmes, symboles et attributs dans l'art. Pour Panofsky, l'iconologie est une iconographie au sens profond, insatisfaite par l'identification du sujet et des éléments du symbolisme conventionnel, elle procède à une interprétation de la signification qu'un sujet ou un symbole possède dans une oeuvre en tant qu'expression d'une philosophie et d'une conception du monde.  L'iconologie telle qu'elle est conçue par Panofsky est « une iconographie interprétative, qui devient une partie intégrale de l'étude de l'art, au lieu de se limiter à n'être qu'une constatation statistique préalable » à d'autres analyses. Pour Panofsky le processus de l'interprétation comprend trois niveaux. Dans le premier, qu'il appelle « description pré- iconographique », il s'agit de dégager la signification primaire. Pour arriver à cette interprétation, l'historien ne doit disposer que d'une expérience pratique commune à tous les hommes ; en outre, il doit tenir compte « de la manière dont les objets et les événements furent représentés par les formes (histoire du style) selon les conditions historiques ». Au second niveau, l'interprétation s'appelle « analyse iconographique » ; son objet est la signification secondaire, « le sujet de convention qui constitue l'univers des images, histoires et allégories ». Pour effectuer l'analyse iconographique il faut disposer d'une connaissance des sources littéraires, connaître des thèmes et concepts spécifiques ; l'historien doit aussi tenir compte « de la manière dont les thèmes et les concepts spécifiques étaient exprimés par les objets et les événements (histoire des types) selon les conditions historiques ». Ainsi, on arrive au troisième niveau d'interprétation, qui est appelé par Panofsky en 1955 « analyse iconologique », dont l'objet est la signification interne ou le contenu de l'oeuvre. Ici, l'historien doit connaître « les tendances générales et essentielles de l'esprit humain ».


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Pourquoi peut-on parler sans fin d'une oeuvre d'art 	? Corrigé de 1553 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Pourquoi peut-on parler sans fin d'une oeuvre d'art ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Pourquoi peut-on parler sans fin d'une oeuvre d'art ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit