LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pourquoi Rousseau peut-il affirmer: "l'homme ... Pourquoi se représenter nos passions ? >>


Partager

Pourquoi Sartre affirme-t-il que "l'homme est condamné a etre libre" ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pourquoi Sartre affirme-t-il que "l'homme est condamné a etre libre" ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Pourquoi Sartre affirme-t-il que
Zoom

  On notera qu'il dit «Si j'ai supprimé».  Or «supprimer», c'est faire disparaître, faire cesser d'être, détruire, anéantir, annihiler.  Supprimer quelqu'un, c'est le faire disparaître en le tuant.  Le lecteur se dit que la mort de Dieu pourrait bien être «le meurtre de Dieu», car la figure immémoriale de Dieu gêne peut-être l'existant humain.  Donc l'homme anéantit le divin. La première conséquence de ce «meurtre» est la suivante c'est l'homme qui est condamné à faire naître du néant les normes morales et à les créer ; il lui faut procéder à cette invention totale, au sein de la déréliction la plus totale ; «il faut prendre les choses comme elles sont», dit Sartre : jetons un regard «réaliste» sur ce qui est.  C'est à l'homme de faire surgir les valeurs ex nihilo. Quant à la seconde conséquence, elle va porter sur le sens.   b. Seconde sous-partie : «Et par ailleurs.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2842 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Pourquoi Sartre affirme-t-il que "l'homme est condamné a etre libre" ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit