NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pourquoi lit-on des romans ? Pourquoi mentons-nous ? >>


Partager

Pourquoi l'union du droit et de la force dans l'état pose-t-elle un problème ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pourquoi l'union du droit et de la force dans l'état pose-t-elle un problème ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Pourquoi l'union du droit et de la force dans l'état pose-t-elle un problème  	?
Zoom

Il s'agit ici de vous interroger sur les rapports entre le droit et la force  dans l'Etat. En quoi est-ce que l'union de la force et du droit pose  problème dans l'Etat ? Essentiellement parce qu'il y a toujours un risque de  dérive, d'excès lié à la force. L'Etat a besoin de forces de différentes  nature. Un Etat qui manque de force ne peut se protéger contre ses ennemis  éventuels venus de l'intérieur ou de l'extérieur. Il lui faut donc avoir  recours à la force, mais celle-ci n'est légitime que lorsqu'elle exprime le  droit (on parlera alors de force publique). Cependant, cette force peut très  bien se retourner contre le droit lui-même ou bien jouer sur un certain  nombre d'ambiguïtés pour se faire passer pour l'expression même du droit...  C'est donc sur le paradoxe de l'association nécessaire et cependant lourde  d'enjeux politiques entre le droit et la force que vous devez travailler.



    Mais pas n'importe comment : Cependant, il est évident qu'un homme de pouvoir qui exerce une Terreur sur ceux qu'il gouverne ne répond pas à l'idée d'un gouvernement libre. La force ne doit donc pas s'exercer selon le bon vouloir des quelques élus qui la détiennent.   Transition : le droit doit être considéré comme ce qui maintient la force dans un équilibre, et lui donne des limites.   II ] Mais la force doit être au service du droit :   à Il ne s'agit pas de recréer un Etat de nature, au contraire : L'Etat ne doit pas être un simulacre d'Etat de nature, où règnent la violence et la loi du plus fort, qui est une loi instable (le plus fort étant toujours affaibli à un moment ou à un autre : « Le plus fort n'est jamais assez fort pour être toujours le maître, s'il ne transforme sa force en droit, et l'obéissance en devoir. » Rousseau, Du contrat social, 1762). L'Etat doit assurer la stabilité, et donc ne doit pas user de la force, du pouvoir, de la même façon que dans l'Etat de nature, à savoir pour servir des intérêts particuliers. " Le droit de la nature est [...] l'existence de la force brutale et le domaine où prévaut la violence ; un état de nature est un état où règnent la brutalité et l'injustice, sur lequel on ne saurait rien dire de mieux que : il faut en sortir. La société, au contraire, est la condition où le droit se réalise ; ce qu'il faut restreindre et sacrifier c'est précisément l'arbitraire, et la violence de l'état de nature. "  G.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4390 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Pourquoi l'union du droit et de la force dans l'état pose-t-elle un problème ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit