NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pouvons nous penser ce que nous voulons ? Pouvons-nous devenir meilleurs ? >>


Partager

Pouvons-nous changer d'identité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pouvons-nous changer d'identité ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Pouvons-nous changer d'identité 	?
Zoom

Analyse du sujet :

 

  • Notre sujet prend la forme d’une question à laquelle il s’agit de répondre par « oui « ou « non « (question fermée), avec les nuances et précisions qui s’imposent.
  • Il fait intervenir la notion d’identité : elle est ce qui identifie, c'est-à-dire ce qui permet de distinguer un élément d’autres éléments du même type. Dans notre cas, c’est de l’identité de l’homme dont il s’agit. Changer d’identité, c’est donc devenir distinct de ce que l’on était avant le changement. Mais comment se distinguer de soi-même ? Il faut creuser l’idée de distinction : distinguer un élément d’un autre, c’est remarquer leur différence irréductible. X se distingue de Y par des caractères qui en eux diffèrent. Oui mais, objectera t-on, les hommes changent sans cesse, donc diffèrent d’avec eux-mêmes : ils vieillissent, changent de coiffure, maigrissent, se font greffer des organes, etc. Pourtant ils ne changent pas d’identité. Ce qui constitue leur identité est précisément ce qui, par delà ces changements, ne change pas. Notre question devient alors : ceci qui ne change pas peut-il être changé ?
  • L’identité est comme nous l’avons dit ce qui distingue d’autrui. Elle suppose également une unité, ce qui se laissait présager lorsque nous avons indiqué qu’elle était ce qui ne changeait pas par delà les changements ; elle est alors ce qui regroupe tous ces changements en une unité identifiable.

 

 

Problématisation :

 

Le sujet nous interroge sur une possibilité. Pour pouvoir y répondre, nous devons avant tout déterminer quelles sont les conditions de cette possibilité d’un changement d’identité. Ces conditions ne pourrons être établies que si nous savons ce que signifie changer d’identité, et donc, évidemment ce qu’est l’identité. Notre premier objectif consistera donc à définir ce qui constitue l’identité de l’homme, pour répondre à notre question :

  1. A quelles conditions peut-on changer d’identité ?

Le second problème est évident, et consiste à se demander dans quelle mesure les conditions que nous aurons déterminées peuvent être remplies.

  1. Peut-on remplir ces conditions ?



Elle serait alors reconduite au rang de pure apparence.     II - L'identité est-elle une apparence ?   Un élément pourrait nous faire préférer la solution aristotélicienne : c'est cette intime conviction d'être égal à soi-même, d'être le même homme qu'hier. Autrement dit, la perception de notre moi nous pousse à penser que l'homme à bien une identité substantielle qui ne peut jamais être modifiée. C'est le point que critique l'empiriste Hume :   Référence : Hume   «  Il y a certains philosophes qui imaginent que nous avons à tout moment la conscience intime de ce que nous appelons notre moi ; que nous sentons son existence et sa continuité d'existence ; et que nous sommes certains, plus que l'évidence d'une démonstration, de son identité et de sa simplicité parfaites. Pour ma part, quand je pénètre le plus intimement dans ce que j'appelle moi, je bute toujours sur une perception particulière ou sur une autre, de chaud ou de froid, de lumière ou d'ombre, d'amour ou de haine, de douleur ou de plaisir. Je ne peux jamais me saisir, moi, en aucun moment sans une perception et je ne peux rien observer que la perception. Quand mes perceptions sont écartées pour un temps, comme par un sommeil tranquille, aussi longtemps, je n'ai plus conscience de moi et on peut dire vraiment que je n'existe pas. Si toutes mes perceptions étaient supprimées par la mort et que je ne puisse ni penser, ni sentir, ni voir, ni aimer, ni haïr après la dissolution de mon corps, je serais entièrement annihilé et je ne conçois pas ce qu'il faudrait de plus pour faire de moi un parfait néant. »   C'est conviction d'égalité à soi-même est dénoncée par Hume comme une pure illusion : elle n'est en effet fondée que sur la perception.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1724 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Pouvons-nous changer d'identité ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit