NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pouvons-nous vivre heureux tout en ayant con ... Prendre conscience de soi, est-ce devenir ét ... >>


Partager

Prendre conscience de soi, est ce seulement etre spectateur de son intériorité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Prendre conscience de soi, est ce seulement etre spectateur de son intériorité ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Prendre conscience de soi, est ce seulement etre spectateur de son intériorité	?
Zoom

Le vécu que nous pouvons avoir de la prise de conscience de soi-même est éminemment ambigu : quand on prend conscience de soi, on a le sentiment d’une profonde unicité et de notre indépendance, mais cette prise de conscience a souvent lieu à l’occasion de notre expérience de la réalité comme dans le cas de la douleur qui fait prendre conscience de soi même tout en mettant de la distance entre soi et soi. Dans la conscience de soi surgissent quasi simultanément la perception de notre indépendance et celle de notre contingence. Prendre conscience de soi est une expérience complexe où différentes intuitions se mêlent et s’emmêlent.

            Que peut-il y avoir de plus que l’intériorité dans la prise de conscience ? Quel rôle donner à la réalité extérieure, cette extériorité qui peut prendre la forme d’un objet ou d’autrui ? Admettre l’extériorité dans notre conscience, n’est-ce pas perdre de notre unicité ? Etre spectateur de son intériorité semble devoir nous confiner à un rôle passif sous-entendu par le verbe d’état de l’expression alors que prendre conscience de soi semble bien être une action. Notre conscience est-elle active ou passive ?  L’intériorité existe-t-elle vraiment ou n’est-ce qu’un illusion de la conscience ?



Rester spectateur, s'est se condamner.   B. Freud : l'individualité se constitue dans un rapport de force avec autrui   1. L'oedipe, un conflit formateur Nos conflits structurent notre identité sexuelle, on intériorise l'autre tout en le repoussant On passe d'une communion avec la mère, d'une stricte identité avec elle à la découverte de sa propre identité, puis la découverte d'un concurrent auprès de la mère, le père dont on souhaite la mort (symbolique). Si le père joue bien le rôle de la loi, l'enfant renonce à son désir pour la mère et s'identifie au père.   2. Une infinité de relations « Autrui joue toujours dan la vie de l'individu la rôle d'un modèle, d'un objet, d'une association ou d'un adversaire » Autrui n'est pas seulement présent à travers un rapport de force, autrui n'est pas seulement présent à la naissance de la conscience, la conscience de soi est une dynamique où la présence d'autrui se retrouve à tous les niveaux. Bien loin de Descartes, Freud souligne la complexité des liens entre les hommes, cette complexité se nouant déjà au niveau de la prise de conscience qui constitue leur humanité.     III. La conscience de soi n'existe que dans le cadre de l'intersubjectivité.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2804 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Prendre conscience de soi, est ce seulement etre spectateur de son intériorité ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit