Prendre son temps est-ce le perdre?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La liberté est-elle le pouvoir d'agir sans m ... La fin justifie-t-elle les moyens? >>


Partager

Prendre son temps est-ce le perdre?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Prendre son temps est-ce le perdre?



Publié le : 11/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Prendre son temps est-ce le perdre?
Zoom

— La question paraît d'abord surprenante, en raison de la répétition du même verbe. On vient à bout de la difficulté en s'interrogeant sur la signification du possessif : peut-être ne perd-on qu'un temps qui n'est pas uniquement le sien, mais un temps qui obéit à des normes sociales.
— En analysant quelques circonstances dans lesquelles vous pouvez « perdre votre temps «, vous pouvez constater que la signification de cette « perte « change selon qu'il s'agit d'un temps « disponible «, ou au contraire d'un temps soumis à une organisation qui ne dépend pas de vous.
— « Perdre « quoi que ce soit semble impliquer qu'on le possédait : possède-t-on le temps ?



.../...

D'ailleurs, un tel sentiment de culpabilité que connote le terme de « perdre «, semble rendre impossible toute prise de temps sans que l'on n'ait de remords.  

II-                Prendre son temps : un retour à l'essentiel  

·         Or, pourtant, prendre son temps, dans une conception originaire, semble bien être source de bien être que de pure perte. On peut prendre ainsi l'exemple de l'otium grecque, ou de la scholè latine : il s'agit donc d'un temps d'étude essentiel à la vie, un temps de contemplation, hors des réalités pratiques de la vie.

·         Prendre son temps est bien plutôt ce qui permet un retour à soi, un retour sur soi, et par là, permet une plus grande efficacité dans la sphère du travail. C'est ainsi qu'il faut interpréter la conception de la récupération des forces dans le travail. On est d'autant plus productif dans son travail que l'on se ménage des temps de pause, des temps d'inactivité et de repos qui rendent l'esprit perméable à la rêverie et à la détente.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Prendre son temps est-ce le perdre?	Corrigé de 4332 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Prendre son temps est-ce le perdre? " a obtenu la note de : aucune note

Prendre son temps est-ce le perdre?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit