NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< (De l'Esprit de lois, livre XV, chap V), Mon ... « le surnaturel naît souvent de ce que l'on ... >>


Partager

Prince des poètes et poète maudit: VERLAINE

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Prince des poètes et poète maudit: VERLAINE



Document transmis par : valeerie17244


Publié le : 16/9/2006 -Format: Document en format HTML protégé

Prince des poètes et poète maudit: VERLAINE
Zoom

Prince des poètes et poète maudit, prisonnier et professeur, père de famille et homosexuel, débauché et catholique – si c’est effectivement de la voyance que naît l’inspiration poétique, Paul Verlaine incarne la poésie même, car il a tout vu, tout vécu. L’histoire de sa vie nous a procuré des millers et millers de pages biographiques ; celle de son âme – cinq tomes volumineux : prose, poésie, théâtre, même pornographie. Aura tort pourtant celui qui voudra – par paresse ou lassitude – séparer ces deux domaines, puisque l’oeuvre verlainienne ne peut être perçue qu’à travers ses expériences et que c’est seulement en combinant les deux qu’on arrive à déchiffrer – autant qu’il est possible de déchiffrer un génie – le message de Pauvre Lelian.

   Né à Metz en 1844, choyé, voire gâté par sa mère, petit Paul-Marie avait, comme lui-même le confesse dans son autoportrait railleur, une enfance hereuse. Depuis ses quatorze ans, il avait rimé à mort, faisant des choses vraiement drôles dans le genre obscéno-macabre . Déjà pendant ses études à Paris, il manifestait une attitude fortement nonchalante – inscrit en droit, il a très vite compris que la vraie vie se déroulait ailleurs ; à force de fréquenter les cafés du cercle poétique, il a commencé à sécher les cours et, par la suite, rompu avec l’éducation traditionnelle. Et paradoxalement, c’est justement à cause de quitter Alma Mater qu’il a obtenu sa licence – licence poétique : en 1866, le Parnasse Contemporain publie ses poèmes ; quelques mois plus tard, apparaît (à compte d’auteur) son premier recueil, accueilli par Anatole France et Mallarmé : Poèmes saturniens. Le grand voyage est désormais entrepris.

   La parution des Fêtes galantes en 1869 coïncide avec la rencontre de Mathilde Mauté. Verlaine – déjà abusant de l’absinthe, ce nectar du XIXe siècle – lui fait la cour toute l’année, pour la conduire finalement à l’autel le 11 août 1870. Le bonheur conjugal ne durera point, malgré le témoignage de l’amour rendu dans la Bonne Chanson. Alcoolique, neurasthénique, le poète tente deux fois de tuer sa mère et ne sait pas pourvoir à l’entretien de la famille. Durant la Commune, les Verlaine se réfugient en province (juin-août 1871) pour ensuite revenir à Paris, où ils s’installent chez la famille de Mathilde. Un mois plus tard, le mari, le futur père, mais surtout l’artiste, s’engage dans l’aventure qui va anéantir son mariage ; ayant reçu quelques poèmes d’un certain Arthur Rimbaud, jeune et insolent, un enfant de seize à dix-sept ans, déjà nanti de tout le bagage poétique qu’il faudrait que le vrai public connût , il l’invite à la capitale. L’hôte, venu de Charleville, sera hébergé – au plus grand surpris de Mathilde et ses parents – dans le foyer des Mauté.

   Bien que la femme réussisse enfin à se débarasser de l’intrus, elle en fait en même temps – quoiqu’inconsciemment – une croix sur l’avenir du couple ; Paul, qui déjà antérieurement était loin de l’idéal, subit une transformation terrifiante : non seulement qu’il traîne, s’enivrant – avec Rimbaud, bien entendu – dans les milieux poétiques suspects (tel le cercle Zutique), mais surtout il commence à battre Mathilde et la menace de mort. Celle-ci accouche en octobre d’un enfant, Georges, et quelques mois après, s’enfuit avec lui, laissant Paris en proie aux deux tapageurs.

   Dès là, l’histoire accélère, tout en tournant en tragique : l’année 1872 apporte une suite de départs et de retours, un véritable ping-pong dont Verlaine devient la balle et Rimbaud et Mathilde – joueurs. Sauf que, évidemment, c’est à la balle de décider qui gagnera. Tandis que les deux poètes partent pour Belgique (vagabondage dont l’écho se fera entendre dans les Romances sans paroles), Mathilde entreprend des procédures de séparation. Quelques sets après, en juillet 1873, lors d’une dispute, envenimée par l’alcool, Verlaine tire sur son ami deux coups d’un revolver : Rimbaud n’est blessé que légèrement, et pourtant porte une plainte. L’assasin manqué, arrêté par la police, outre l’interrogatoire traditionnel, doit subir un examen médical, révélant des pratiques homosexuelles ; pour ce double crime, il est condamné à deux ans de prison (d’où il sortira cependant plus tôt que prevu, grâce à sa bonne conduite).

   Mais, paradoxalement, ce paysage on ne peut plus morose a suscité chez Verlaine une subtilité jusqu’alors inégalable, et qu’il n’allait d’ailleurs égaler jamais plus. De cette inspiration va naître une oevure suprême, l’expression la plus parfaite du talent poétique: la Sagesse. Le poète illuminé est bien conscient de cette perfection au moment même de la création : dans une lettre envoyé à son ami Edmond Lepelletier, il décrit qu’il éprouve en grand, en immense, ce qu’on ressent quand, les premières difficultés surmontées, on perçoit une science, un art, une langue nouvelle . La nouveauté de cet art consiste surtout dans son caractère religieux – ce libertin acharné, cet enfant terrible de la décadence, retrouve enfin sa paix : Dieu lui a fait la grâce de comprendre l’avertissement. Il s’est prosterné devant l’Autel longtemps méconnu .

   A la sortie du prison en janvier 1875, Verlaine, réconcilié avec Dieu, essaie de se réconcilier aussi avec Rimbaud : leur dernière rencontre a lieu à Stuttgart. Mais l’attitude du jeune rebelle est impitoyable : non seulement il bafoue la métam...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Prince des poètes et poète maudit: VERLAINE" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit