NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Responsabilité et culpabilité Lois naturelles et lois positives >>


Partager

Le problème du libre arbitre

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le problème du libre arbitre



Publié le : 13/4/2004 -Format: Document en format HTML protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Le problème du libre arbitre
Zoom

Capacité de se déterminer par soi-même, pouvoir de choisir. Seul l'homme possède un libre arbitre ; le com­portement des animaux, lui, est prédéterminé par ce que l'instinct commande.



A la liberté éclairée de Descartes, déterminée par la connaissance des raisons de l'action, correspond l'illusion de liberté de Spinoza, déterminée par l'ignorance des causes véritables de l'action. Les deux dernières phrases du texte sont une véritable critique de la liberté d'indifférence. "Un petit enfant croit librement appéter le lait, un jeune garçon en colère vouloir la vengeance, un peureux la fuite. Un homme en état d'ébriété aussi croit dire par un libre décret de l'Âme ce que, sorti de cet état, il voudrait avoir tu ; de même le délirant, la bavarde, l'enfant et un très grand nombre d'individus de même farine croient parler par un libre décret de l'Âme, alors cependant qu'ils ne peuvent contenir l'impulsion qu'ils ont à parler; l'expérience donc fait voir aussi clairement que la Raison que les hommes se croient libres pour cette seule cause qu'ils sont conscients de leurs actions, et ignorants des causes par où ils sont déterminés ; et, en outre, que les décrets de l Âme ne sont rien d'autre que les appétits eux-mêmes et varient en conséquence selon la disposition variable du Corps. Chacun, en effet, gouverne tout suivant son affection, et ceux qui, de plus, sont dominés par des affections contraires, ne savent ce qu'ils veulent ; pour ceux qui sont sans affection, ils sont poussés d'un côté ou de l'autre par le plus léger motif." B. SPINOZA, Éthique, III, prop. II, scolie, trad. Ch. Appuhn, Garnier-Fiammarion, 1965, p.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1725 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le problème du libre arbitre" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit