LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Paul Éluard, Le Temps déborde: Ma morte vivan ... Jean Guéhenno, Journal d'un homme de quarante ... >>


Partager

Un Provençal à Paris - Jean Giono, Les Vraies Richesses

Littérature

Aperçu du corrigé : Un Provençal à Paris - Jean Giono, Les Vraies Richesses



Publié le : 12/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Un Provençal à Paris - Jean Giono, Les Vraies Richesses
Zoom

... Voilà la rue de Belleville qui monte et peu à peu me débarrasse des manteaux de feu. La frange de néon multicolore qui éblouissait mes yeux s'affaisse et retombe dans l'ombre. Le long de la rue, les épiceries et les magasins de légumes ne sont plus éclairés que par les lampes d'intérieur. Les commis rentrent les étalages. Les barriques d'anchois salés, avec l'alignement rayonnant de leurs petits poissons métalliques, les grappes de stockedfish (1), les sacs de riz, de sucre, de fèves, les caisses de pâtes alimentaires. Au bord du trottoir dorment quelques voitures dévastées de marchandes des quatre-saisons engluées d'épluchures pendantes, de queues de poireaux, de feuilles de choux, de salades. La rue sent la saumure et le jardin potager, et quelquefois l'épice — un parfum aigu et qui bouleverse tout l'équilibre d'un homme — et quelquefois le drap, le cuir ou le fer-blanc. Q n'y a toujours dans la rue que cette lueur rouge qui sort des boutiques et, de loin en loin, les becs de gaz. Devant certains magasins déjà fermés on passe dans une zone d'ombre. Il y a presque toujours à ces endroits-là quelqu'un assis sur le trottoir, avec un journal sous les fesses.

De temps en temps, je m'arrête, je tourne la tête et je regarde vers le bas de la rue où Paris s'entasse : des foyers éclatants et des taches de ténèbres piquetées de points d'or. Des flammes blanches ou rouges flambent d'en bas comme d'une vallée nocturne où s'est arrêtée la caravane des nomades. Et le bruit : bruit de fleuve ou de foule. Mais les flammes sont fausses et froides comme celles de l'enfer. En bas, dans un de ces parages sombres est ma rue du Dragon, mon hôtel du Dragon. Quel ordre sournois le soir déjà lointain de ma première arrivée m'a fait mystérieusement choisir cette rue, cet hôtel au nom dévorant et enflammé? D me serait facile, d'ici, d'imaginer le monstre aux écailles de feu. Je pourrais en voir la tête et la fumée de narine, et la langue dorée dardée vers le ciel, et les pustules, — et sentir sa puanteur intestinale. Mais je vois plus noir et plus vrai; cette ville de misère physique et spirituelle, cette ville de pauvreté et de médiocrité, cette ville d'erreur et d'amour de l'erreur.

Jean Giono, Les Vraies Richesses, Grasset, 1937, pp. 12-13.

(1) Stockedfish : morue séchée à l'air ; poisson salé et séché.

SUJET

Dans un commentaire composé, vous montrerez en particulier combien, par le choix des détails, des mots, des images, etc., l'auteur reste, dans ce Paris qu'il n 'aime pas, un homme de la Provence et un homme de la terre, et comment il exprime son aversion, précisément, pour la capitale.
  




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1330 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Un Provençal à Paris - Jean Giono, Les Vraies Richesses" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit