NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Puis-je invoquer l'incertitude de l'avenir p ... Puis-je me représenter moi-même ? >>


Partager

Puis-je me mettre à la place de l'autre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Puis-je me mettre à la place de l'autre ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Puis-je me mettre à la place de l'autre 	?
Zoom

Rappelons que la problématique est l'ensemble des problèmes qui gisent sous le sujet, hiérarchisés en vue de leur résolution dans le corps de la dissertation. Si, comme notre intuition nous le laisse pressentir, la coïncidence de soi avec autrui est limitée, il convient de trouver ce qui ne pourra justement jamais coïncider, autrement dit, ce qui appartient en propre à autrui et jamais ne nous appartiendra. Remarquons qu'il ne s'agit que d'une intuition. Notre première direction de recherche prend donc la forme d'une question :

Autrui a-t-il quelque chose qui lui est propre ?

Nous nous demanderons ensuite jusqu'à quel point et comment coïncider avec autrui.



  Mais justement il semble que des consciences différentes n'attribuent pas la même fonction à un même objet : par exemple, un masque africain à une fonction rituelle en Afrique, et la fonction d'oeuvre d'art dans un musée européen. La coïncidence des consciences n'est donc pas assurée. Pour qu'elle soit possible, il faudrait que nous sachions quelle fonction autrui va attribuer à l'objet, en fonction de sa culture, son éducation, etc.     III - Comprendre autrui pour se mettre à sa place :   Pour comprendre complètement autrui, il faudrait, comme nous l'avons dit, connaître son milieu socioculturel, l'éducation qu'il a reçu, etc., c'est-à-dire, connaître l'ensemble des préjugés à partir desquels il va attribuer, en se rapportant au monde, telle fonction à telle chose. Il faudrait donc, pour comprendre parfaitement autrui, préalable nécessaire à une coïncidence des consciences, connaître toute son histoire.   Référence : Hans-Georg Gadamer, Vérité et méthode   « La naïveté de ce qu'on appelle historicisme consiste à se dérober à une telle réflexion et, en se fiant à la méthodologie de sa démarche, à oublier sa propre historicité. Il faut en appeler ici d'une pensée historique mal comprise à une autre qu'il reste à mieux comprendre. Une pensée vraiment historique doit inclure sa propre historicité. A cette seule condition, elle cessera de poursuivre le fantôme d'un objet historique - objet d'une recherche en progrès - pour discerner dans l'objet l'autre que ce qui nous est propre et par là apprendre à reconnaître aussi bien l'un que l'autre.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4101 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Puis-je me mettre à la place de l'autre ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit