Puis je savoir sans autrui que je suis libre ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Puis je me connaître ? Puis je savoir si j'aime ? >>


Partager

Puis je savoir sans autrui que je suis libre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Puis je savoir sans autrui que je suis libre ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Puis je savoir sans autrui que je suis libre  	?
Zoom

« Je pense, je suis «. La première évidence, la plus fondamentale, consiste dans la conscience de soi, dans la conscience de son existence et le fait que cette existence consiste à se penser comme une pensée. Le « je «, ou subjectivité, n'a donc nullement besoin d'autrui pour se constituer et s'apparaître à lui-même. L'acte du sujet est un acte simple et évident par lui-même, et essentiellement premier. Comme propriété fondamentale du sujet, la liberté, ou volonté, se découvre alors à elle-même dans la simple attention à soi, sans que soit nécessaire le recours à autrui. L'autre n'est que l'attribution, nécessairement seconde, de cette propriété à ce qui n'est pas Moi. Mais alors, sur quelle base cette attribution est-elle envisageable ? Poser la primauté de la conscience de soi sans supposer la donation première d'autrui, n'est-ce pas s'enfermer dans le solipsisme, incapacité à sortir de soi ? En outre, le sentiment de sa liberté ne s'identifie pas à un savoir : car peut-être l'indépendance que je ressens n'est-elle qu'illusoire. A ce titre, il se pourrait qu'autrui soit, plus qu'au sentiment de la liberté, nécessaire à son savoir. Néanmoins, dans la mesure où je ne peux reconnaître autrui que pour autant que je sais que je suis, puisqu'il est l'alter ego qui suppose un ego  (un « Je «) déjà posé, comment ce dernier peut-il être nécessaire à cet ego lui-même ?



ÉLÉMENT DE RÉFLEXION * Il peut paraître curieux qu'il soit imposé sans problème que «nous sommes libres». Il y a donc lieu de rechercher selon quelle(s) conception(s) de la liberté et quelle «problématique» (si l'on peut dire) cette liberté peut apparaître. * Nous découvrirons sans doute ainsi pourquoi autrui peut être la médiation nécessaire de la révélation de cette liberté. (Ce qui nous évitera de considérer qu'autrui nous révélerait notre liberté au sens où - en quelque sorte - il nous l'enseignerait). * Le problème posé ne se situerait-il pas au niveau de ce qu'on peut appeler la problématique de «la communication des consciences ». INDICATION DE LECTURE * La Réciprocité des consciences de Nédoncelle (Aubier). * L'Être et le néant de Sartre (Gallimard). * La Présence d'autrui de Berger, Bastide, Jankélévitch (PUF). * Propédeutique philosophique de Hegel (Aubier). 2e cours: Phénoménologie de l'esprit.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Puis je savoir sans autrui que je suis libre  	? Corrigé de 2369 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Puis je savoir sans autrui que je suis libre ?" a obtenu la note de : aucune note

Puis je savoir sans autrui que je suis libre ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit