NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< LA PERCEPTION EST-ELLE DÉJÀ UNE SCIENCE ? SUFFIT-IL, POUR ÊTRE SOI-MÊME, D'ÊTRE DIFFÉRE ... >>


Partager

QUAND NOUS PERCEVONS, COMMENT SAVONS-NOUS QUE NOUS NE RÊVONS PAS ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : QUAND NOUS PERCEVONS, COMMENT SAVONS-NOUS QUE NOUS NE RÊVONS PAS ?



Publié le : 15/3/2004 -Format: Document en format HTML protégé

QUAND NOUS PERCEVONS, COMMENT SAVONS-NOUS QUE NOUS NE RÊVONS PAS ?
Zoom

La question est posée de telle sorte que l'on ne peut répondre par oui ou par non. L'argumentation ne peut donc pas progresser selon le schéma classique, thèse et antithèse, mais plutôt selon une sélection de plus en affinée des critères de distinction entre percevoir et rêver.
La perception et le rêve ne s'opposent pas ici en tant que l'une se déploierait le jour et l'autre la nuit. Mais en tant que l'une nous met en contact avec le réel et l'autre avec l'imaginaire, qu'il soit diurne ou nocturne, cohérent ou absurde. Cela reprend le sens des expressions familières : « Dis-moi que je rêve ! «, ou « on croit rêver ! «, etc.
La question est formulée avec le pronom « nous « qui englobe toute la collectivité humaine. Cela a son importance pour le choix des critères et pour éviter de se concentrer sur le cas particulier des paranoïaques ou des malades mentaux. À l'inverse, cela permet de prendre des exemples dans tout type de perception : celle des aveugles, par exemple, ou des sourds et muets.



Si ce n'est pas le cas, qu'est-ce qui distingue la perception de la sensation ? On peut penser, avec Alain, que la perception est une « interprétation » des sensations. Elle est donc déjà une « fonction d'entendement ».   ALAIN, La passion et la sagesse. « On soutient communément que c'est le toucher qui nous instruit, et par constatation pure et simple, sans aucune interprétation. Mais il n'en est rien. Je ne touche pas ce dé cubique, Non. Je touche successivement des arêtes, des pointes, des plans durs et lisses, et réunissant toutes ces apparences en un seul objet, je juge que cet objet est cubique. Exercez-vous sur d'autres exemples, car cette analyse conduit fort loin, et il importe de bien assurer ses premiers pas. Au surplus, il est assez clair que je ne puis pas constater comme un fait donné à mes sens que ce dé cubique et dur est en même temps blanc de partout, et jamais les faces visibles ne sont colorées de même en même temps.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 8778 mots (soit 13 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "QUAND NOUS PERCEVONS, COMMENT SAVONS-NOUS QUE NOUS NE RÊVONS PAS ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit