NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< DICTIONNAIRE: impotent La grève dans Germinal de ZOLA >>


Partager

Quatrième partie, chapitre II - Germinal de ZOLA

Littérature

Aperçu du corrigé : Quatrième partie, chapitre II - Germinal de ZOLA



document rémunéré

Document transmis par : Mounia16414


Publié le : 9/9/2006 -Format: Document en format HTML protégé

Quatrième partie, chapitre II - Germinal de ZOLA
Zoom

La délégation des mineurs, en ce lundi 15 décembre 1866, premier jour de grève, est reçue par M. Hennebeau, directeur général de la Compagnie de Montsou (voir page 119 : « La grève : histoire et fiction «). Maheu, puis Etienne expriment les revendications des mineurs, sans être compris et sans obtenir la moindre satisfaction ils n'acceptent pas que le boisage (le travail de soutien des galeries, pour éviter les éboulements) soit payé à part et que, de ce fait, le prix de la berline de charbon se trouve réduit de cinq centimes. Ils demandent donc le statu quo, mais avec une augmentation de cinq centimes par berline.
 Aucun espoir de conciliation n'étant permis, la négociation tourne court et la rupture paraît consommée, quand Etienne presse Maheu d'intervenir une dernière fois, afin d'obtenir une réponse sans équivoque et définitive du directeur.
 Les mineurs, en fait, n'ont pas entièrement abandonné le projet d'infléchir la position de M. Hennebeau, comme en fait foi la déception exprimée par Maheu : « c' est tout ce que vous répondez... «.
 Ils attendent de Hennebeau un geste de bonne volonté. Maheu s'était exprimé avec l'éloquence que confère aux paroles une inattaquable sincérité et il lui est difficile, sans faire preuve de lourdeur et de maladresse, de se comporter avec diplomatie devant le directeur, aussi a-t-il perdu son aplomb (il a la langue « empâtée et maladroite «).



Enfin, M. Hennebeau, qui était resté pensif, se leva, pour les congédier. Tous l'imitèrent. Etienne, légèrement, avait poussé le coude de Maheu ; et celui-ci reprit, la langue déjà empâtée et maladroite : – Alors, Monsieur, c'est tout ce que vous répondez... Nous allons dire aux autres que vous repoussez nos conditions. – Moi, mon brave, s'écria le directeur, mais je ne repousse rien !... Je suis un salarié comme vous, je n'ai pas plus de volonté ici que le dernier de vos galibots. On me donne des ordres, et mon seul rôle est de veiller à leur bonne exécution. Je vous ai dit ce que j'ai cru devoir vous dire, mais je me garderais bien de décider... Vous m'apporterez vos exigences, je les ferai connaître à la Régie, puis je vous transmettrai la réponse. Il parlait de son air correct de haut fonctionnaire, évitant de se passionner dans les questions, d'une sécheresse courtoise de simple instrument d'autorité. Et les mineurs, maintenant, le regardaient avec défiance, se demandaient d'où il venait, quel intérêt il pouvait avoir à mentir, ce qu'il devait voler, en se mettant ainsi entre eux et les vrais patrons. Un intrigant peut-être, un homme qu'on payait comme un ouvrier, et qui vivait si bien ! Etienne osa de nouveau intervenir. – Voyez donc, monsieur le directeur, comme il est regrettable que nous ne puissions plaider notre cause en personne. Nous expliquerions beaucoup de choses, nous trouverions des raisons qui vous échappent forcément... Si nous savions seulement où nous adresser ! M. Hennebeau ne se fâcha point. Il eut même un sourire. – Ah ! dame ! cela se complique, du moment où vous n'avez pas confiance en moi... Il faut aller là-bas. Les délégués avaient suivi son geste vague, sa main tendue vers une des fenêtres. Où était-ce, là-bas ? Paris sans doute. Mais ils ne le savaient pas au juste, cela se reculait dans un lointain terrifiant, dans une contrée inaccessible et religieuse, où trônait le dieu inconnu, accroupi au fond de son tabernacle. Jamais ils ne le verraient, ils le sentaient seulement comme une force qui, de loin, pesait sur les dix mille charbonniers de Montsou. Et, quand le directeur parlait, c'était cette force qu'il avait derrière lui, cachée et rendant des oracles.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1310 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Quatrième partie, chapitre II - Germinal de ZOLA" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit