NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il une autonomie du politique ? Les loisirs sont-ils libératifs ? Les loisir ... >>


Partager

Quelle est la part de l'ignorance dans nos désirs ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Quelle est la part de l'ignorance dans nos désirs ?



Publié le : 11/3/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Quelle est la part de l'ignorance dans nos désirs	?
Zoom

Analyse du sujet  

-          Le sage et prudent Ulysse passant au large des sirènes, demande à ses compagnons de l'attacher au mat du navire. Au sein de cet acte, nous pouvons déceler deux mouvements contradictoires : d'une part le désir lancinant d'entendre les sirènes est par trop incoercible pour qu'Ulysse y puisse résister, mais d'autre part, il se veut attaché au mat pour pouvoir ne pas y céder. Y céder, en effet, signifierait la perdition.

-          Remarquons qu'Ulysse ne s'estime pas assez fort pour résister de lui-même à ce charme. Il sait que sa volonté ne sera pas assez forte pour vaincre le désir. Aussi s'attache-t-il, non par des liens de sa volonté propre, mais par des attaches matérielles, de cors : il demande à d'autres de l'attacher.

-          Le désir est ce par quoi l'homme est ouvert à la dimension du possible et de l'imaginaire. Traçant des lignes de faille dans la plénitude du réel, il y introduit l'absence. Tout à tour destructeur et entreprenant, le désir met le monde en chantier. Mais en sommes-nous réellement les auteurs ? Ou pour le dire autrement est-ce que le sujet conscient est identique au créateur, au producteur de désir ? Cela supposerait qu'on désirerait presque par décision, par délibération. Ce qui, reconnaissons le, n'est pas le cas.

-          L'ascétisme figure l'idéal d'une humanité enfin délivrée du désir et nous rappelle que si l'homme est attaché à ses désirs comme à l'expression de sa vie même, il est tout aussi pressé de s'en débarrasser. Il apparaît dans cette perspective que le désir comme tendance nous emporte indépendamment de toute volonté, ou de toute décision rationnelle. En ce sens il apparaît comme un hors de la connaissance.

-          Mais, pour autant, peut-on légitimement affirmer qu'il est à attacher, à lier à la notion d'ignorance ? Ignorer c'est ne pas savoir. Mais l'ignorance n'est pas simple absence de connaissance, elle est privation : le non savoir de ce qu'on devrait savoir ; la pire ignorance étant, depuis Platon, celle qui s'ignore elle-même.

-          Il s'agit alors de penser philosophique la relation qui unit l'ignorance au désir, et réciproquement le désir à l'ignorance. Si donc le désir témoigner d'une tendance qui nous échappe, cela signifie-t-il par ailleurs qu'il soit proprement le fait de notre ignorance ? Et si tel était le cas, y a-t-il une possibilité de corriger cette ignorance sans mettre à mal le désir lui-même. C'est donc bien la nature du rapport qui unité le désir à l'ignorance qui est ici mise à la question : s'agit-il d'un lien intrinsèque, nécessaire, constitutif, consubstantiel au désir lui-même ? Ou pour le dire autrement, le désir se définit-il dans et par l'ignorance, et si oui, de quel ordre et de quelle nature est cette ignorance ? Ou bien, au contraire, ce lien qui semble unir désir et ignorance n'est-il que contingent, accidentel, effaçable ? Et dans cette perspective, par quel moyen peut-il être neutralisé ?

-          Il s'agit donc bien de s'interroger sur l'essence même du désir. A fortiori, c'est son statut qui est ici en jeu : il s'agira en effet voir si une dimension positive, du point de vue gnoséologique, est pensable.  

Problématique              

Le désir est-il exclut de toute positivité en tant qu'on le considère comme ignorance à la fois de soi-même comme sujet désirant et ignorance de l'objet désiré - et imaginé ? Le désir ne possède-t-il aucune valeur gnoséologique ? C'est donc bien le statut et la nature du désir qui sont ici mis à la question.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2756 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Quelle est la part de l'ignorance dans nos désirs ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit