NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on identifier oeuvre et travail ? L'unanimité est-elle un critère de vérité ? >>


Partager

A quelles conditions l'évidence n'est-elle pas un préjugé ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : A quelles conditions l'évidence n'est-elle pas un préjugé ?



Publié le : 29/8/2004 -Format: Document en format HTML protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

A quelles conditions l'évidence n'est-elle pas un préjugé ?
Zoom

Pour Descartes, connaître c'est voir (évidence vient du latin videre, voir) ; l'esprit, en présence de l'objet, est passif en dernière analyse, et comme illuminé par lui. La vision ou intuition intellectuelle, toutefois, n'a ce caractère d'évidence qu'à la condition que l'esprit soit attentif à l'objet, qu'il soit vraiment en présence immédiate de lui. Là se trouve la difficulté ; si elle est surmontée, l'esprit ne peut pas ne pas reconnaître ce qui est vrai. * Noter que la règle est négative : « ne recevoir jamais aucune chose pour vraie, que...«. Il s'agit précisément de rejeter les évidences superficielles. D'où le doute, à travers lequel Descartes découvre l'évidence philosophique. On peut douter, si on le juge nécessaire (doute philosophique, non doute ordinaire) : - des évidences sensibles (informations qui viennent des sens, du corps, et que, d'ordinaire, nous tenons raisonnablement pour vraies immédiatement). Leur caractère évident ne résiste cependant pas à un doute qui cherche une évidence absolue : rien ne m'assure que je ne rêve pas... - des évidences rationnelles elles-mêmes, telles que les vérités mathématiques, si on imagine, comme on le peut, un «malin génie, non moins rusé et trompeur que puissant « qui emploie « toute son industrie à [nous] tromper « (Méditations, I).




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1765 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "A quelles conditions l'évidence n'est-elle pas un préjugé ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit