NoCopy.net

A quelles conditions peut-on parler d'une connaissance technique ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< A quelles conditions peut-on être libre ? A quelles conditions pouvons nous conférer u ... >>


Partager

A quelles conditions peut-on parler d'une connaissance technique ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : A quelles conditions peut-on parler d'une connaissance technique ?



Publié le : 9/8/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	A quelles conditions peut-on parler d'une connaissance technique  	?
Zoom

Remarques préliminaires :

l        La formulation du sujet : « à quelles conditions[1] ? « suppose qu'on peut effectivement parler d'une connaissance technique, et que ce qui reste à déterminer, ce n'est pas si c'est le cas, mais sous quelles conditions ou en quel sens on peut en parler.

l        Que signifie « pouvoir parler « ? Deux solutions possibles :

1.      on suppose que les connaissances techniques sont pratiques, sont des savoir-faire, et on se demande dans quelle mesure on peut non seulement faire, mais aussi parler de ce que l'on fait, ou de ce que d'autres font :

2.      on se demande à quelles conditions on peut appeler quelque chose « connaissance technique «.

l        C'est le deuxième sens qui sera le plus problématique, et donc le plus intéressant, mais son traitement peut appeler la prise en compte du premier sens.

Problématisation :

Comment peut-on regrouper sous une même expression les termes « connaissance « et « technique « ? La connaissance semble en effet être du domaine théorique, du domaine de l'abstraction, tandis que la  technique semble, quant à elle, relever du domaine pratique, du « faire « et non du « savoir «. On se demandera comment, dans le « savoir-faire «, l'idée d'une maîtrise théorique de l'activité peut s'ajouter et se joindre à la maîtrise d'une pratique, qui ne semble pouvoir s'acquérir que par l'exercice.

 



 » l        Aristote, dans ce bref extrait, pose un double problème :        Aristote affirme que l'action nécessite une connaissance (qui semble être plus étendue que celle requise pour la théorie, puisqu'il faut connaître non seulement les choses universelles, mais aussi les choses particulières) ;        il affirme en même temps que les ignorants (qu'on définit généralement comme ceux qui ne savent pas), s'ils sont des gens d'expérience, c'est-à-dire s'ils ont une maîtrise technique peuvent être plus doués que ceux qui savent. l        S'agit-il donc ou non d'une connaissance ? l        Attention au fait qu'Aristote a pris soin, peu avant notre texte, de différencier les deux savoir-faire que sont la technique et la prudence. La technique, en effet, suppose une production, alors que la prudence a, quant à elle, affaire à l'action. L'argument présenté ici reste cependant valable dans le cas de la technique. l        On pourrait également faire référence au texte de Ian Hacking --- plus parlant mais moins classique ---, dans Concevoir et expérimenter, dans lequel Hacking explique que les techniciens qui fabriquaient des microscopes étaient capables de faire de très bons microscopes (et de voir avec) avant qu'on ne connaisse la théorie qui permettait d'expliquer le fonctionnement de ces microscopes.     Mais lorsque que je sais faire, peut-on vraiment dire que je sais ? Le savoir-faire est-il une connaissance ?   Platon, Théétète,148. « Toutes les lignes dont le carré forme un nombre plan équilatère, nous les avons définies longueurs, et toutes celles dont le carré forme un nombre aux facteurs inégaux, nous les avons définies racines, parce qu'elles ne sont pas commensurables avec les autres pour la longueur, mais seulement pour les aires qu'elles ont le pouvoir de former.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	A quelles conditions peut-on parler d'une connaissance technique  	? Corrigé de 917 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " A quelles conditions peut-on parler d'une connaissance technique ?" a obtenu la note de : aucune note

A quelles conditions peut-on parler d'une connaissance technique ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit