NoCopy.net

QUELLES SONT LES LIMITES DE l'ACTION ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< IMAGINATION ET METAPHYSIQUE ? Faisons-nous l'histoire ? Sommes-nous les ac ... >>


Partager

QUELLES SONT LES LIMITES DE l'ACTION ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : QUELLES SONT LES LIMITES DE l'ACTION ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format FLASH protégé

	QUELLES SONT LES LIMITES DE l'ACTION ?
Zoom

La question des limites est originairement une question géographique – elle est le point, la ligne ou la surface qui marque la séparation entre deux régions de l'espace, et plus précisément deux territoires. Dès lors, la question des limites de l'action nous incite à élaborer en quelques sortes une géographie de l'action. Autrement dit dans un premier temps il va s'agir de délimiter le champ de l'action – de le définir. Cependant l'expression « les limites de l'action « ne se déploie pas qu'à ce niveau : elle peut, voire elle doit s'entendre en plusieurs sens. Les limites de l'action sont à la fois les limites distinguant l'action de d'autres notions, les limites inhérentes à l'action, les limites contingentes de l'action et les limites que l'on peut prescrire à l'action. La question est centrale et cruciale : dans quelle mesure la notion d'action peut-elle faire l'économie de la notion de limite ? En effet est-il seulement possible de penser une action qui serait dite illimitée – sans limite ? Notre question contient des enjeux épistémique, pratique, métaphysique, politique mais aussi juridique dès lors qu'elle touche à la définition de l'action, au sujet de l'action, au concept de liberté, aux rapports des actions entre elles mais aussi à la possibilité de prescrire ou non des limites à l'action. De plus l'énoncé de notre question nous laisse un champ d'investigation assez large. Le sujet de l'action n'étant pas déterminé, il va s'agir de s'interroger sur la pertinence de la question tant sur le plan collectif qu'individuel. Le pluriel attaché à la notion de limites doit attirer notre attention et implique que nous nous interrogions sur le caractère plurivoque de cette notion : limite contingente ou nécessaire ? Limite propre à l'action ou imposée à l'action par un tiers ? La question voire les questions qui surgissent ne sont pas simples. Si une action sans limite semble très difficile à concevoir, rattacher l'action à la notion de limite est à nouveau source de problèmes : les limites de l'action sont-elles à chercher dans le sujet de l'action au moment de la délibération ? Au moment de la décision ? Ou bien au moment décisif de l'accomplissement de l'action ? L'action est-elle limitée de part en part ? L'action est-elle en elle-même et par elle-même limite, limitée voire même « limitatrice « ?

            Pour tenter de prendre en compte toutes les dimensions de cette question, trois interrogations se posent voire s'imposent à notre esprit : dans quelle mesure poser la question des limites de l'action revient-il à proposer une définition négative de l'action en montrant ce qu'elle n'est pas – autrement dit à borner le territoire de l'action ? Une action sans limite est-elle concevable ? Finalement, peut-on prescrire des limites à l'action ?



Mais réduire l'action à une succession causale, à un mécanisme causal est problématique dès lors qu'elle nous invite à considérer l'homme comme un automate pensant qui aurait « la liberté d'un tourne-broche » qui aurait une spontanéité comparative, comparable à celle d'une pierre jetée, et non absolue. L'action ne semble pas réductible à une succession causale, et ne semble pas appartenir de bout en bout à la physique.             Elle serait dès lors de nature hétérogène. Si elle n'est pas réductible à sa manifestation physique, quel est le criterium de l'action ? Kant dans sa critique de l'action comme pur processus mécanique le pointe - ce critère est bel et bien la liberté - autrement dit l'auto-détermination. L'action est action si le sujet de celle-ci est libre. L'action est donc à la fois nécessaire en tant qu'elle se manifeste sur le plan phénoménal et libre. Comment penser l'action dans un même mouvement sous ses deux registres. Kant suggère une double lecture - une lecture phénoménale qui réduit l'action à n'être qu'un phénomène parmi tant d'autres soumis à la causalité naturelle, et une lecture qui soumet cette action à une autre forme de la causalité, la causalité par liberté. L'action est-elle pour autant un monstre conceptuel - microcosme du conflit entre liberté et déterminisme absolu ?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	QUELLES SONT LES LIMITES DE l'ACTION ? Corrigé de 4922 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " QUELLES SONT LES LIMITES DE l'ACTION ?" a obtenu la note de : aucune note

QUELLES SONT LES LIMITES DE l'ACTION ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit