LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quels événements devons-nous commémorer ? Quels rapports l'homme moderne entretient-il ... >>


Partager

Quels moyens peuvent etre utilisés pour s'adresser a notre sensibilité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Quels moyens peuvent etre utilisés pour s'adresser a notre sensibilité ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Quels moyens peuvent etre utilisés pour s'adresser a notre sensibilité	?
Zoom

Notre sensibilité est double : elle est à la fois sensorialité et sentimentalité. Être sensible, c'est avant tout être réactif, comme on dit qu’une plante ou un appareil photographiques sont sensibles à la lumière. Ils y réagissent. On peut donc supposer qu’à cette double nature sensible, deux sortes de moyens peuvent s’appliquer : ce qui excitera nos cinq sens, et ce qui touchera notre cœur. Mais il faut également considérer que ces moyens doivent être adaptés aux fins. Et que vise-t-on au juste quand on veut s’adresser à notre sensibilité ? Est-ce une communion entre celui qui s’adresse et celui à qui l’on s’adresse, ou au contraire, existe-t-il une asymétrie fondamentale entre les deux ? le problème est donc de savoir s’il peut y avoir, en fonction des moyens utilisés pour s’adresser à notre sensibilité, union au sein de l’homme entre sensorialité et sentimentalité, et si ces moyens relient ou sépare celui est touché et celui qui touche.



SENS (lat. sensus; de sentire, sentir, juger)

Mot qui rencontre en français trois grandes acceptions bien distinctes : soit il désigne toutes sortes de facultés, faculté de sentir ou de juger (1), soit il est syn. de signification (2), soit il évoque simplement l'orientation d'un mouvement (3).
1. Terme équivoque qui désigne aussi bien la faculté d'éprouver des sensations (les cinq sens), les sens comme organes récepteurs, la faculté de connaître intuitive (sens intime ou sens intérieur sont alors parfois syn. de conscience), le jugement (comme dans l'expression usuel « à mon sens »), par suite le bon
jugement (le bon sens, syn. de raison, ou sens commun), mais aussi le sens moral (la faculté innée de reconnaître intuitivement le bien et le mal, la conscience morale en tant que pouvoir d'appréciation ou de discernement); 2. d'abord, intention de celui qui parle ou agit (ce qu'il veut dire ou se propose de faire, sens d'une phrase ou d'une démarche), puis valeur objective d'un signe, telle qu'elle est fixée par l'usage ou par une convention (acception d'un terme); 3. syn. de direction dans le langage courant (le sens des aiguilles d'une montre). Or, pour l'homme, la question de la signification et de l'orientation se recoupent souvent : ainsi, quand nous cherchons à déterminer le sens de notre existence, nous nous demandons à la fois quelle est sa finalité (en vue de quelle fin agissons-nous ?) et quelle signification lui donner (pourquoi ma vie vaut-elle d'être vécue ?). Les existentialistes ont montré que c'est mon projet (la direction que je lui insuffle librement) qui donne sens à ma vie, qui fait qu'elle signifie quelque chose. De même, la question du sens de l'Histoire pose le double problème de sa direction et de sa signification, c.-à-d. pour les philosophes modernes celui de sa finalité.

Gén. Il faut bien distinguer le sens strictement physiologique selon lequel la sensibilité désigne la capacité de l'organisme à réagir d'une manière déterminée à des excitations, du sens usuel du terme signifiant la capacité à s'émouvoir facilement, et surtout du sens philosophique du mot, utilisé, afin d'éviter toute équivoque, pour désigner notre capacité à recevoir des impressions par opposition à l'entendement qui les comprend.
Crit. Ainsi, Kant caractérise d'abord la sensibilité par sa passivité, c.-à-d. sa réceptivité, et par le fait qu'elle fournit à l'entendement le « divers sensible » qu'il va ordonner et lier par ses concepts. Alors que l'entendement est la faculté des règles, la sensibilité est selon Kant la faculté des intuitions par laquelle des choses nous sont données. On peut d'ailleurs aussi bien traduire dans l'oeuvre de Kant Sinnlichkeit, qui est rendu en français par sensibilité, par sensation et intuition sensible.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2005 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Quels moyens peuvent etre utilisés pour s'adresser a notre sensibilité ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit