LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Décide-t-on de devenir quelqu'un ? Doit-on souhaiter satisfaire tous ses désirs ... >>


Partager

La question "qui suis-je ?" admet-elle une réponse exacte ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La question "qui suis-je ?" admet-elle une réponse exacte ?



Publié le : 27/7/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Sans doute puis-je, répondre spontanément à la question « Qui suis-je ? «, en énumérant simplement mon nom et mon prénom ; je pourrai même ajouter mon caractère (sensible, enjoué, mélancolique...)
Qu'est -ce qui peut laisser supposer qu'une réponse exacte est facile à donner ? Ce que je suis est-il donné dans un constat sensible ? Ou bien la connaissance de mon essence requiert-elle des médiations plus complexes ? Et qu'est-ce qui peut rendre la réponse inexacte, aux différents sens que peut prendre l'adjectif "inexact" ? Cet adjectif peut signifier: 1) intégral, total, 2) précis, rigoureux, 3) achevé, définitif. La question "qui suis-je ?" interroge mon essence singulière, ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre.
Un problème se pose alors : cette formulation rassurante, qui me dirait « qui « je suis est-elle possible ? Y a-t-il des moments qui marqueraient la fin de cette course à la connaissance de soi, ou, enfin, je pourrais atteindre à la représentation intime, convaincante, que «je suis cela « ? Au risque alors, peut-être, de me confondre avec une chose... Ou bien me faudra-t-il, au contraire, assumer le caractère in(dé)fini d'une telle quête, quitte à ne pouvoir jamais me reposer sur la certitude d'une identité posée une fois pour toute ?


 

  • 1) La réponse à la question se situe au niveau intelligible.

 

a) Reprenant à son compte le doute cartésien, mon "je" se découvre comme âme spirituelle, "substance dont toute l'essence n'est que de penser".
b) Le "je" que je suis véritablement, qui me donne unité, permanence, unicité (analyse kantienne).
c) L'unité synthétique qui me définit, je la construis par l'élan intentionnel de mon esprit (analyse du "pro-jet" chez Sartre).

 

  • 2) En second lieu, la réponse ne peut être ni précise ni définitive, ni complète.

 

a) Le cogito répond à la question "que suis-je ?": l'essence universelle rate ma singularité.
b) Pour savoir "qui" on est, il faut être achevé: or, je suis un pour-soi, une conscience à jamais inachevé (cf. analyse sartrienne).
c) Mon inconscient introduit une dualité dans ma pensée: toute définition de moi est lacunaire (cf. analyse freudienne).

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3065 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "La question "qui suis-je ?" admet-elle une réponse exacte ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit