LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on vivre sans travailler ? L'utopie n'est-elle qu'un rêve inutile? >>


Partager

Qui est autorisé à me dire "tu dois" ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Qui est autorisé à me dire "tu dois" ?



Publié le : 14/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Qui est autorisé à me dire
Zoom

Les devoirs, entendus comme obligations, sont tout d'abord relatif à la situation de chacun. En effet, ils sont liés aux responsabilités qui nous échoient. De ce point de vue, est autorisé à me dire « tu dois « le supérieur hiérarchique. Mais ce tu dois est relatif, et ceci d'un double point de vue : relatif à ma fonction, tout d'abord. Or, ayant tous des fonctions différentes, les devoirs de l'un ne sont pas ceux de l'autre. De ce point de vue, ce peut être un devoir, et pas seulement une autorisation, de dire « tu dois « (on peut penser à l'éducateur). Mais, surtout, relatif à ma décision d'occuper cette fonction. Le « tu dois « est alors une obligation toute relative : « tu dois si... tu veux (garder ton poste, être payé etc.). De ce point de vue, je reste toujours la source de l'autorisation fondamentale de me dire « tu dois «. C'est donc toujours moi qui autorise qu'on me dise mes devoirs, liés à la fonction que j'occupe et que je souhaite conserver. Cependant, ce devoir conditionnel, qui peut renvoyer à la prudence, n'est pas un devoir moral ni civique. En effet, la loi morale s'impose à tous quelles que soient leurs conditions d'existence et leurs fonctions. De même, la loi politique s'impose au citoyen en tant que citoyen. Et nul ne peut, dans les faits, sortir de la cité, refuser sa dimension politique. Dès lors, s'il existe un devoir qui me dépasse entièrement, inconditionnel, qui ou quoi le fonde ? Et, dans la mesure où le devoir ne peut me contraindre, n'est pas toujours moi qui autorise ? Le problème est alors celui du statut du devoir : il doit en dernier ressort se fonder sur une subjectivité, s'il est un devoir et non un contrainte externe. Mais alors, comment peut-il s'imposer à tous ?



Quelle est l'origine et quel serait le pouvoir d'un tel impératif? S'interroger sur les fondements d'une telle adresse nous invite à discuter la nécessité ou la contingence du contenu moral de nos actions. Si  une extériorité, une tierce personne,  est  à même de me dire « tu dois «, cela n'impliquerait-il pas que notre sentiment moral n'est pas inné et qui plus est  ne s'absente -t-il pas de nos actions? L'enjeu est de s'interroger ici sur la dimension morale accompagnant notre agir et nos choix.     

                                                                                                                              PROPOSITION DE PLAN              

I) « tu dois «:une injonction morale, fruit d'une acquisition et d'une éducation              

1. Le sentiment moral n'est pas inné en l'homme, il fait l'objet d'une acquisition

.../...          




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4166 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Qui est autorisé à me dire "tu dois" ? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit