NoCopy.net

Qu'est-ce qui peut faire du travail un facteur d'exclusion ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Qu'est-ce qui peut donner un sens au travail ... Qu'est-ce qui prouve que l'inconscient exist ... >>


Partager

Qu'est-ce qui peut faire du travail un facteur d'exclusion ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Qu'est-ce qui peut faire du travail un facteur d'exclusion ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Qu'est-ce qui peut faire du travail un facteur d'exclusion 	?
Zoom

Cette question est problématique: en effet, il semble, à première vue, que le travail, loin d’être un facteur d’exclusion sociale est, au contraire, source d’intégration dans la société.

Dès lors, ce qui semble poser problème, c’est davantage l’absence de travail que le travail lui-même. Sans travail, l’individu se retrouve rapidement confronté à des difficultés (financières mais aussi relationnelles, psychologiques, sociales…) qui le conduisent à une situation de précarité, laquelle, précisément devient source de marginalisation, c’est à dire d’exclusion sociale.

Il faut donc comprendre la question sous un double aspect. Car si l’on s’aperçoit que l’absence de travail pose un certain nombre de problèmes, comment expliquer que le travail en lui-même puisse être également un facteur d’exclusion ?

Peut-être le devient-il lorsqu’il est inégalitaire. Nous pensons évidemment ici au concept marxiste de lutte des classes.



Georg Wilhelm F. HEGEL La Phénoménologie de l'Esprit(1807) III/ Le travail est une entrave à l'épanouissement de l'individu On peut enfin considérer que sous le terme d'exclusion, on n'entend pas seulement une éventuelle exclusion sociale mais aussi l'exclusion de certaines facultés humaines au profit exclusif d'autres. En effet, il est notoire que le travail, par l'assiduité journalière qu'il suppose, empêche, d'une certaine manière, le développement de toute autre activité qui n'est pas en rapport avec le dit travail. En ce sens, l'individu se retrouve en quelque sorte « prisonnier » de son travail, comme empêché, entravé dans son épanouissement personnel. Cet aspect nietzschéen du travail apparaît comme une limite de celui-ci. « Dans la glorification du « travail », dans les infatigables discours sur la « bénédiction » du travail, je vois la même arrière-pensée que dans les louanges adressées aux actes impersonnels et utiles à tous : à savoir la peur de tout ce qui est individuel. Au fond, on sent aujourd'hui, à la vue du travail on vise toujours sous ce nom le dur labeur du matin au soir , qu'un tel travail constitue la meilleure des polices, qu'il tient chacun en bride et s'entend à entraver puissamment le développement de la raison, des désirs, du goût de l'indépendance. Car il consume une extraordinaire quantité de force nerveuse et la soustrait à la réflexion, à la méditation, à la rêverie, aux soucis, à l'amour et à la haine, il présente constamment à la vue un but mesquin et assure des satisfactions faciles et régulières. Ainsi une société où l'on travaille dur en permanence aura davantage de sécurité : et l'on adore aujourd'hui la sécurité comme la divinité suprême. » Friedrich NIETZSCHE Aurore, livre troisième ;aphorisme 173.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Qu'est-ce qui peut faire du travail un facteur d'exclusion 	? Corrigé de 2905 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Qu'est-ce qui peut faire du travail un facteur d'exclusion ?" a obtenu la note de : aucune note

Qu'est-ce qui peut faire du travail un facteur d'exclusion ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit