Qui ne voudrait que vivre vivrait-il heureux ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Qui n'a jamais réfléchi sur le langage , n'a ... Qui pense quand je dis "je pense" ? >>


Partager

Qui ne voudrait que vivre vivrait-il heureux ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Qui ne voudrait que vivre vivrait-il heureux ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Qui ne voudrait que vivre vivrait-il heureux 	?
Zoom

    Vivre heureux, ce n'est pas seulement vivre. En effet, le bonheur consiste en la satisfaction de tous les désirs, lesquels étant, comme manques, source de frustration et de souffrance. Or, la vie, elle, ne suppose que de désirer pour être, persévérer et se prolonger. De ce point de vue, la vie heureuse suppose, en plus de la vie, ou du désir, une plénitude. Car vivre de sa vie biologique n'est pas bien vivre, ou vivre selon le bien. On peut vivre en état de manque, ou dans le plaisir, mais le plaisir n'est jamais durable. Dès lors, celui qui ne voudrait que vivre, au sens d'accomplir les fonctions propres du vivant (assimilation, croissance, reproduction) ne pourrait vivre heureux : il ne ferait que résister à la mort sans prendre plaisir à la vie. Néanmoins, si la vie est désir, et si le désir est souffrance, alors n'est-ce pas le vouloir vivre lui-même qui s'oppose au bonheur ? En effet, celui qui veut vivre peut-il vivre heureux, dès lors que le bonheur suppose absence de souffrance ? Le problème qui se pose est donc celui de la contradiction du bonheur, complétude de l'être, et de la vie, incomplétude du désir.



Il ne faut donc surtout pas bâtir de projet, mais vivre une vie touristique. Il faut renoncer à toute ambition, à tout projet, à tout idéal : ce serait s'empêcher de profiter maintenant des plaisirs. Un seul conseil : profiter de la vie Pour Nietzsche, la condition du bonheur, c'est de savoir oublier, s'extraire de l'histoire pour savourer l'instant, sans penser aux événements antérieurs, ni au devenir. "il y a toujours quelque chose qui fait que le bonheur est un bonheur : la possibilité d'oublier ou pour le dire en termes plus savants, la faculté de se sentir pour un temps en dehors de l'histoire." ( considérations inactuelles et intempestives II)     II Mais le bonheur nécessite la conscience d'être heureux Mais Spinoza dans l'éthique, affirme que les idiots, l'homme qui se satisfont d'une existence qu'il n'interroge pas, n'accèdent pas au vrai bonheur. Le bonheur ne concerne qu'un individu pleinement conscient. On ne peut pas dire d'un enfant ou d'un animal qu'il est heureux. En effet, le bonheur n'intervient qu'après une certaine distanciation en reconsidérant consciemment des plaisirs, ou des pensées alors qu'au moment précis où les plaisirs étaient ressentis, aucun bonheur n'était éprouvé. Ceci amène à remarquer que le plaisir intense est incompatible avec la conscience (càd, pour résumer, le fait de penser qu'on pense), tandis que le bonheur est toujours conscient. Autrement dit, on ne se dit pas "j'éprouve du plaisir" au moment où on l'éprouve, mais on se dit toujours "je suis heureux" quand on l'est.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Qui ne voudrait que vivre vivrait-il heureux 	? Corrigé de 3851 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Qui ne voudrait que vivre vivrait-il heureux ?" a obtenu la note de : aucune note

Qui ne voudrait que vivre vivrait-il heureux ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit