NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Sommes-nous maîtres de nos paroles ? Croire en la science, est-ce une forme de rel ... >>


Partager

De quoi pouvons-nous être sûrs ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : De quoi pouvons-nous être sûrs ?



Publié le : 22/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

De quoi pouvons-nous être sûrs ?
Zoom

• De quoi pouvons-nous être sûrs ?
Il est donc humainement possible d'être sûr des choses les plus invraisemblables ou les plus incertaines. La question ne signifie donc pas « de quoi sommes-nous capables d'être sûrs « car la réponse serait simplement : de tout.
La formulation exacte de la question serait par conséquent : de quoi pouvons-nous légitimement être sûrs ? Ou encore: de quoi pouvons-nous être vraiment sûrs ?



« Le corps, en effet, n'est qu'une portion de matière, ayant une forme, et susceptible de recevoir du mouvement. La pensée est radicalement différente, c'est la faculté de concevoir, imaginer, sentir, vouloir. Descartes ne nie pas que -en l'homme- il y ait interaction du corps et de la pensée, et il consacrera même un ouvrage, « Les Passions de l'âme « (1649), à ce qu'on nommerait aujourd'hui biologie des passions. Mais il jette grâce au dualisme les bases de la science moderne, en limitant la physique à l'étude de la matière et de ses propriétés. Il faut se souvenir qu'Aristote considérait l'étude de l'âme comme le couronnement de la physique, et que Pascal aura à batailler contre l'idée que la « nature a horreur du vide «, comme si la matière était animée d'intention. v    D'autre part, dans l'expérience du « cogito «, du « je pense «, je prends conscience de moi-même comme pensée. Cela amènera notre auteur à identifier pensée et conscience, ce que contestera, outre Leibniz & Spinoza, Freud.   Avec le « je pense donc je suis «, Descartes place la conscience, le sujet, à la racine de toute connaissance possible. La conséquence essentielle est le primat de la conscience, et sa différence d'avec la matière. Redonner à l'homme une place dans un univers infini et vide de Dieu, assurer la dignité de la conscience, et jeter les bases de la science moderne, tels sont les objectifs que la métaphysique cartésienne s'est assignée.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3141 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "De quoi pouvons-nous être sûrs ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit