NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dissertation : Peut on ne pas etre soi-meme ? Mondialisation >>


Partager

Rachid Mimouni: "Je crois en la littérature comme cheval de Troie, pour corroder de l'intérieur la forteresse des mystifications qui nous affirment que notre ciel est toujours bleu"

Philosophie

Aperçu du corrigé : Rachid Mimouni: "Je crois en la littérature comme cheval de Troie, pour corroder de l'intérieur la forteresse des mystifications qui nous affirment que notre ciel est toujours bleu"



document rémunéré

Document transmis par : martinlenweiter-1953


Publié le : 12/1/2013 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Rachid Mimouni: "Je crois en la littérature comme cheval de Troie, pour corroder de l'intérieur la forteresse des mystifications qui nous affirment que notre ciel est toujours bleu"
Zoom





Dissertation







« Je crois à la littérature comme cheval de Troie, pour corroder de l'intérieur la forteresse des mystifications qui nous affirment que notre ciel est toujours bleu. «Rachid Mimouni







Les vérités ont parfois de la difficulté à être entendues et acceptées par les êtres humains, particulièrement lorsqu'elles ont une connotation négative. L'homme préfère voir le bon côté des choses, sans se préoccuper de ce qui ne va pas. Certaines organisations ou personnes, à différents buts, profitent de ce mauvais côté de l'homme en ne montrant que ce qui va bien, sacrifiant certains problèmes.

Rachid Mimouni, écrivain algérien engagé du 20ème siècle, dénonce cette pratique, tout en relevant une solution : « Je crois à la littérature comme cheval de Troie, pour corroder de l'intérieur la forteresse des mystifications qui nous affirment que notre ciel est toujours bleu. «

Selon lui, il y a donc quelque chose de mensonger et trompeur cachant la vérité et ne montrant que ce qui est beau parmi l'environnement ou la société, les mystifications. Néanmoins, il y a un art capable de combattre cela : la littérature, engagée, à laquelle Mimouni fait référence, en affirmant qu'elle va à l'envers des mystifications.

La métaphore du cheval de Troie a clairement une connotation guerrière si l'on s'en réfère au mythe. On peut alors affirmer que le thème principal de cette citation est le combat de la littérature contre les mystifications. Afin d'expliquer la phrase de Mimouni, on peut se poser la question suivante : pourquoi et comment la littérature peut-elle endosser ce rôle de cheval de Troie afin de combattre la forteresse symbolisant la mystification, et le cas échéant, qu'en ressort-il ?

Afin de répondre à cette question, nous allons tout d'abord expliciter ce que sont exactement ces mystifications pour Mimouni ; nous relèverons ensuite quelles sont les causes et les conséquences de la réussite de celle-ci.  Après avoir évalué ce qu'on peut définir comme un problème pour l'auteur, nous nous pencherons sur la solution pour le combattre, la littérature. Nous allons voir comment cette dernière peut-elle être un cheval de Troie, comment peut-elle corroder de l'intérieur la forteresse des mystifications, et dans ce cas, quelles en seront les impacts.







Premièrement, regardons ce que sont ces mystifications dont parle Rachid Mimouni. Une mystification est un genre de tromperie et de manipulation, voire même de mensonge ou d'illusion. Pour l'écrivain, ces mystifications « nous affirment que notre ciel est toujours bleu «. On peut donc dire que, dans ce cas, les mystifications tentent de manipuler la population en affirmant que son environnement n'a pas de problèmes. Selon Mimouni, ce sont évidemment des mensonges. En effet, durant sa vie il s'est engagé contre le régime de son pays, l'Algérie, ce qui prouve qu'il ne voyait pas que le bien de son environnement. On peut même aller plus loin en disant qu'il pense que les gens ne voyant pas les problèmes ou les défauts, soit se laissant manipuler et abuser par des illusions, sont trompés.

Dans la phrase de l'auteur, les mystifications sont symbolisées par une forteresse. Cette dernière est, au sens propre, une construction imposante, symbolisant la force. Une forteresse entoure généralement une cité. On peut pousser la métaphore encore plus loin, en imageant qu'il y aurait, d'un côté, l'individu ou la société se laissant manipuler qui seraient symbolisés par une...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2984 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Rachid Mimouni: "Je crois en la littérature comme cheval de Troie, pour corroder de l'intérieur la forteresse des mystifications qui nous affirment que notre ciel est toujours bleu"" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit