NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Raison sans passion n'est que ruine de l'âme ... Reconnaît-on l'artiste à son savoir-faire ? >>


Partager

Rechercher le bonheur n'est ce pas se condamner à ne pas le trouver ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Rechercher le bonheur n'est ce pas se condamner à ne pas le trouver ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Rechercher le bonheur n'est ce pas se condamner à ne pas le trouver  	?
Zoom

 « La morale n’est pas, à proprement parler, une doctrine qui nous apprenne à nous rendre heureux, mais seulement comment nous devons nous rendre dignes du bonheur. « affirmait Kant dans sa Critique de la raison pratique. La morale était selon lui la voie qui pouvait nous guider vers le bonheur, sans pour autant nous le garantir. Or, si Kant propose cette option, n’est-ce pas parce qu’il faisait le constat que tous les hommes sans exception recherchent le bonheur ? Dès lors, la question posée ici paraît quelque peu surprenante. Si rechercher le bonheur est synonyme de ne jamais l’atteindre, alors tous les hommes seraient condamnés au malheur. Nous devons donc revenir sur les termes du sujet. Le verbe « re-chercher « invite littéralement à penser que nous cherchons un bonheur que nous avions auparavant, et que nous aurions perdu.  Ainsi, les récits religieux monothéistes nous racontent-ils qu’à l’origine l’homme était heureux, et que son désir de connaissance lui fit perdre ce bonheur divin. Le même désir qui nous porterait à re-trouver le bonheur nous amènerait à ne pas le trouver. Pourtant, ne faut-il pas chercher quelque chose pour espérer le trouver ? Nous devons ainsi insister sur la nécessité d’une recherche dans le but d’obtenir le bonheur, puis nous demander si celui qui cherche le bonheur n’est pas nécessairement celui qui ne l’a pas.  



.../...

La mesure de notre bonheur, comme de notre souffrance, est déterminée en permanence subjectivement, et non par des changements extérieurs. L'homme peut donc chercher non pas le bonheur à l'extérieur, mais effectuer un travail sur soi-même, pour mieux se connaître et de comprendre ce qui est mauvais pour nous et ce qui ne l'est pas.    

III La quête du bonheur est dans le bonheur de la quête "le bonheur n'est pas un total de désirs élémentaires saturés ; car il n'existe pas d'actes qui rendent heureux. Il y a seulement des signes et des promesses de bonheur ; mais ces signes sont moins des satisfactions qui saturent des désirs limités, que des événements, des rencontres qui ouvrent des perspectives illimitées, comme par dégagement d'horizon." (P. Ricoeur : A l'école de la phénoménologie , p. 257-258). Le bonheur n'est ni un plaisir ni une somme de plaisirs, mais une visée, une espérance, une promesse. "on jouit moins de ce qu'on obtient que de ce qu'on espère, et l'on n'est heureux qu'avant d'être heureux." Rousseau     Ainsi recherche le bonheur alors que l'on ne peut savoir en quoi il consiste, cela revient à remplir éternellement le tonneau percé des Danaïdes.


  • I/ Tous les hommes recherchent le bonheur.

 

  • II/ Le bonheur est inaccessible

 

  • III/ Le bonheur est la vertu même

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2608 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Rechercher le bonheur n'est ce pas se condamner à ne pas le trouver ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit