NoCopy.net

Qu'est ce que respecter autrui?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< PEUT-ON JUSTIFIER CERTAINES INEGALITES ? Les apparences sont-elles nécessairement tro ... >>


Partager

Qu'est ce que respecter autrui?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Qu'est ce que respecter autrui?



Publié le : 21/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Qu'est ce que respecter autrui?
Zoom

Analyse du sujet :

 

  • Respecter : avoir du respect pour quelqu’un c’est le traiter avec égards et estime afin de ne pas lui porter atteinte ou préjudice. Le mot « respect « vient du latin respectus, « égard «, « considération «. Le respect peut être simplement une marque de politesse, une formule convenue, mais par ailleurs, le respect d’autrui s’impose par le sentiment et la reconnaissance que l’on a de sa valeur en tant que personne. Chez Kant, ce terme prend un sens particulier. Le respect ne relève pas du sentiment et de la sensibilité, mais de la loi morale érigée par la raison pratique. Le respect devient donc une obligation morale.

 

  • Autrui : Avant tout autrui c’est l’autre, le différent, celui qui n’est pas moi. Cependant cette altérité ne suffit pas à définir autrui. S’il n’est pas moi, il est aussi mon semblable, mon alter ego, c’est-à-dire un autre moi et un autre que moi. S’interroger sur autrui c’est s’interroger sur la double structure du sujet et de l’objet. Descartes ne tient pas compte de cette dimension à travers son cogito ergo sum, et pour lui, la conscience de soi ne passe par autrui. Pour Hegel, autrui apparaît comme essentiel à la constitution de la conscience de soi.

 

 

Problématique :

 

Il s’agit ici de s’interroger sur les relations avec autrui. En effet, le respect de l’autre semble aller de soi. Spontanément je sais que je ne peux pas faire tout et n’importe quoi par rapport à autrui, je sais que je dois « respecter «l’humanité en lui. Cependant Qu’y a t-il en l’autre de respectable ? Sur quoi ce fonde ce respect et qu’est ce qui fait l’humanité de chacun? Est-ce un sentiment naturel que m’inspire autrui ? Mais alors, que dire du cas où l’autre a accompli quelque chose d’abject ou de dégradant, que dire du cas où je méprise autrui ? Si mon respect est simplement une inclination de mon cœur et de mon sentiment, m’est-il encore possible de respecter autrui ? Qu’est-ce qui justement m’empêche de ne pas le respecter dans une certaine mesure ? Ainsi, on peut donc aussi s’interroger sur la limite de notre respect envers autrui, sur ce qui défini précisément le respect. Jusqu’où respecte t-on l’autre ? Comment ces limites se déterminent-elles ? Où est ce que je me situe par rapport au respect d’autrui ? En effet, respecter quelqu’un, c’est lui reconnaître une certaine valeur. Est-ce que je respecte autrui parce qu’il m’est supérieur ou bien au contraire le respect doit-il se construire sur une relation d’égalité, sur une reconnaissance de chacun par l’autre, un respect mutuel et aussi un respect envers soi-même ? Par ailleurs est ce que je respecte autrui parce qu’il est mon semblable ou bien mon respect se porte t-il aussi sur sa différence en tant qu’autre ?

Au-delà du sentiment de respect que nous inspire autrui n’y a t-il pas une forme de respect qui se fonde en droit ? Une forme de respect protégée par la loi qui considère chaque homme comme un sujet de droit, comme une personne dont il faut protéger la dignité, les droits, la vie et la liberté ?Le respect d’autrui est-il seulement une apparence, une inclination extérieure ( je respecte celui que je reconnais comme supérieur) ou peut-il enfin être une obligation morale que le sujet a envers les autres ?

 



En effet, il me faut aussi considérer l'autre dans ce qu'il a de particulier et de singulier en tant que personne unique, ce qui se révèle être une tâche plus ardue. C'est ce point que nous allons développer dans le second moment de notre réflexion.   2-Reconnaître l'autre comme autre, dans son altérité : Ne pas reconnaître la différence en l'autre c'est faire preuve d'irrespect. Nous sommes toujours enclins à considérer notre culture comme la meilleure en rejetant pour cela celle des autres. Ainsi, Lévi-Strauss montre que « le barbare, c'est d'abord l'homme qui croit à la barbarie », celui qui répudie les formes culturelles qui sont étrangères aux siennes. Or, autrui est avant tout ce que je ne suis pas, il me faut donc reconnaître l'autre comme différent, je ne dois pas l'assimiler à moi, le réduire à ma propre subjectivité culturelle. Pour Lévinas, il faut éviter d'assimiler la relation qu'on a avec les autres à une relation collective, un « nous ». C'est au contraire une relation où l'on est les uns avec les autres, les uns à côtés des autres, c'est une relation asymétrique, non de fusion mais de face à face : un individu singulier avec ses caractéristiques en face d'un autre individu singulier. Les personnes ne sont ni égales, ni interchangeables. Or, Lévinas considère que c'est cette relation de face à face où je ne serai jamais l'autre, où l'autre reste définitivement autre et étranger, qu'il y a du respect.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Qu'est ce que respecter autrui?	Corrigé de 2454 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Qu'est ce que respecter autrui? " a obtenu la note de :

10 / 10

Qu'est ce que respecter autrui?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit