NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Respecter autrui, est-ce respecter en lui la ... Respecter les autres est-ce cultiver le bonh ... >>


Partager

Respecter autrui, est-ce respecter sa différence ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Respecter autrui, est-ce respecter sa différence ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Respecter autrui, est-ce respecter sa différence	?
Zoom

Angles d’analyse

*  La question pose radicalement deux problèmes, qu’on peut tout à fait lier l’un à l’autre = dans un premier temps, c’est la question du respect d’autrui (à travers le prédicat de la différence) qui est mise à la question, mais c’est aussi et plus profondément la question de notre rapport à autrui en tant qu’un autre de moi-même, une personne extérieure à moi. Et qui dit extériorité, dit différences. Différences qui peuvent très bien se traduire concrètement : dans la culture, l’éducation, la religion, les divergences d’opinions. Autrui se pose à nous d’emblée comme différence en cela qu’il est perçu comme étant autre par différence à moi-même.
*  L’analyse devra donc s’appuyer sur des exemples concrets qui prennent en compte les multiples figures de la différence que peut revêtir et revendiquer autrui. La question qui est posée ici nous amène a fortiori à étudier notre rapport à l’autre en se demandant s’il s’agit toujours d’un rapport de juge, c’est-à-dire d’évaluation qualitative d’autrui à travers l’analyse de ses différences.
*  De ce point de vue la question paraît tout à fait légitime : le respect ne commence-t-il pas lorsqu’on respecte les différences d’autrui, c’est-à-dire lorsqu’on admet que l’autre se pose comme extérieur à moi tout en étant d’une dignité égale. La question du respect en tant qu’on l’analyse du point de vue de l’acceptation de ces différences, nous conduit à un rapport à autrui qui relèverait d’un jugement de valeur.
*  Mais il faut bien se demander si l’acceptation des différences d’autrui suffit pour définir de manière essentielle ce qu’est le respect en tant que tel. C’est en cela qu’il conviendra de faire la distinction entre la tolérance et  le véritable respect.
 
 
Problématique
 
            Respecter autrui revient-il exactement à accepter ses différences, c’est-à-dire à reconnaître à l’autre son caractère d’individualité et de singularité qui lui est propre ? Pour autant, peut-on, en droit, réduire le respect, distinct du sentiment de tolérance, à ce seul prédicat ? on comprend alors que c’est la définition du respect qui est ici proprement en jeu et sa caractérisation dans ce qu’il a de plus essentiel.



-          Extériorité réciproque, soit entre objets de la même classe, soit entre objets différant par leur essence. (Aristote, Métaphysique, t. I, L.D, 9, 1018a) -          Caractéristique qui, à l'intérieur d'un être, fait de lui une réalité individuelle distincte et permet de la définir en justifiant le passage d'un terme plus large à un terme plus déterminé : du genre de l'espèce, de l'espèce à l'individu. -          Dans la pensée contemporaine, réhabilitant l'extériorité et le multiple contre l'identité et l'intériorité : non-indifférence de tout ce qui résiste au discours (désirs, énergies, pouvoirs créateurs, anarchiques, instants fondateurs, forces et volontés discontinues). Chez Nietzsche, elle correspond à la singularité créatrice, au refus des nivellements. (Considérations inactuelles, II)   ·         Angles d'analyse ® La question pose radicalement deux problèmes, qu'on peut tout à fait lier l'un à l'autre = dans un premier temps, c'est la question du respect d'autrui (à travers le prédicat de la différence) qui est mise à la question, mais c'est aussi et plus profondément la question de notre rapport à autrui en tant qu'un autre de moi-même, une personne extérieure à moi. Et qui dit extériorité, dit différences. Différences qui peuvent très bien se traduire concrètement : dans la culture, l'éducation, la religion, les divergences d'opinions. Autrui se pose à nous d'emblée comme différence en cela qu'il est perçu comme étant autre par différence à moi-même.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2456 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Respecter autrui, est-ce respecter sa différence ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit