LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Bertrand Delanoë, maire de Paris Jean « Magic » Messier >>


Partager

Le retournement électoral

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Le retournement électoral



Format: Document en format HTML protégé

Le retournement électoral
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Le retournement électoral




18 mars 2001 MALGRÉ la très grande diversité des situations locales et des explications que l'on peut avancer pour chaque résultat, les scrutins des 11 et 18 mars dernier ne sauraient se résumer à une série de consultations sans signification globale. Il est vrai que les électeurs ont voté sans penser à la présidentielle ni à leur opinion sur le gouvernement, mais leur choix a une valeur politique et donne une physionomie précise de l'état des forces dans le pays. Il faut en particulier réintégrer dans l'analyse les élections cantonales, dont le modèle - scrutin uninominal à deux tours - est très proche de celui des législatives. Aucune vague bleue n'a déferlé sur la France au cours de ce mois de mars. La gauche gagne les deux plus grandes citadelles conservatrices du pays, Paris et Lyon, et conquiert la majorité des sièges dans cinq assemblées départementales nouvelles. Certes, la droite l'a emporté dans beaucoup de villes moyennes de province et elle empoche au total un gain de 45 communes de plus de 9 000 habitants. Mais ces chiffres sont très inférieurs à ceux de 1983, où la droite avait conquis 95 villes de cette taille. Rien de comparable non plus avec le raz de marée du RPF, qui, en 1947, avait conquis à lui seul le tiers des communes de plus de 4 000 habitants. Pas même le résultat symétrique de la vague rose de 1977, où la gauche avait remporté 60 villes de plus de 30 000 habitants contre 20 de cette taille à la droite cette année. Pourtant un événement politique de première grandeur vient de se produire. Pour la première fois depuis son retour au pouvoir en 1997, la gauche a perdu les élections, et elle se trouve désormais devancée par la droite modérée. Aux législatives de la dissolution, la gauche l'avait emporté, aidée par les maintiens du Front national. Sur ses propres forces au second tour, elle avait gagné 226 duels l'opposant à l'UDF ou au RPR, n'en perdant que 173. En situation binaire, le rapport de forces pouvait être évalué à 51/49 en faveur de la gauche. Aux cantonales de 1998, la gauche avait également enregistré un excellent second tour aidé par les alliances droite-Front national pour l'élection de cinq présidents de conseils régionaux. Dans les 953 cantons concernés par un duel gauche/droite modérée, la gauche l'emportait avec une moyenne de 51,4 % des voix et gagnait la majorité de ces affrontements, 534 exactement. Enfin, aux européennes de 1999, la gauche plurielle, avec 38,5 % des voix, avait devancé la droite modérée (34,9 %) éclatée en trois tendances presque égales. Le retournement électoral vient de survenir. Au second tour des cantonales, la gauche et la droite modérée se sont affrontées en duel dans 960 cantons. Les candidats de gauche y ont été minoritaires avec 48,9 % des voix contre 51,1 % à ceux de droite. Un faible écart, mais qui a permis à la droite d'emporter 55 % des sièges en compétition. De surcroît, ces cantons sont un peu plus orientés à gauche que la moyenne nationale. Si l'on prend le soin de corriger ce biais, le rapport gauche/droite modérée en duel peut être exactement évalué à 51,8 % pour la droite et à 48,2 % pour la gauche. Contre-épreuve : dans les 741 cantons où l'on peut suivre les duels gauche/droite depuis les législatives de 1997 jusqu'aux cantonales de 2001, le recul de la gauche est de 2,8 points, ce qui confirme parfaitement l'évaluation qui vient d'être faite. Il est donc inexact de dire que le rapport de forces politique reste scotché à ce qu'il était en 1997. En presque quatre ans de pouvoir, la gauche a subi un recul de 3 points, la rendant minoritaire dans le pays. ABSTENTIONNISME DIFFÉRENTIEL La tendance naturelle des battus aux élections est d'expliquer leur échec par un abstentionnisme plus élevé de leurs sympathisants. A l'examen des résultats, cette assertion ne paraît pas justifiée. Si l'on par exemple dans les villes de plus de 9 000 habitants l'évolution de l'abstention entre le premier tour des législatives et le tour où s'est jouée l'élection municipale, on constate que l'abstention progresse exactement de la même façon dans les mairies détenues avant le scrutin par la gauche (+ 7 points) ou par la droite (+ 6,9 points). Dans les villes qui ont basculé, l'abstentionnisme différentiel est frappant, mais pas au sens où on l'entend généralement. Là où l'électorat a plus boudé les urnes, la gauche l'emporte ; là où il s'est le plus mobilisé, la droite enre...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Le retournement électoral" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit