LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-il être raisonnable de désobéir à la lo ... Puis-je, au nom de ma conscience, refuser de ... >>


Partager

La révolte est-elle un droit ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La révolte est-elle un droit ?



Publié le : 1/3/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	La révolte est-elle un droit ?
Zoom

Le droit à la révolte est l'un des droits naturels et inaliénables de l'homme. Tout homme a le droit de se révolter contre ceux qui bafouent le droit et la justice. MAIS, il est contradictoire, pour un système juridique de garantir le droit à la révolte, car, ce faisant il minerait son autorité même. Le droit ne peut autoriser la rébellion sans se contredire lui-même.



Autrement dit, c'est un droit implicite. Lorsque les magistrats représentant l'Etat trahissent la confiance que les individus ont mise en eux pour s'emparer du pouvoir, alors ces magistrats nient le droit des citoyens. à Dans ce cadre, le gouvernement se désagrège, et les individus sont fondés à désobéir.            

● Ainsi, dans certaines circonstances - quand un ou plusieurs individus légifèrent sans avoir reçu le mandat du peuple, quand les dépositaires du pouvoir législatif exercent des voies de fait contre la propriété des sujets - les citoyens ont le droit de résister au pouvoir, de se révolter. Pour Locke, il est donc possible d'admettre l'idée d'un droit à la révolte, puisque l'Etat est considéré comme devant être minimal. En effet, si le pouvoir politique n'est pas à même d'accomplir la tâche pour laquelle il a été créé, ou pire, s'arroge des droits qu'il n'a pas, nuisant ainsi au peuple, alors ce dernier doit pouvoir se révolter contre lui.             ● Mais si ce droit à la révolter est envisageable, il faut pourtant faire attention à son utilisation, sans quoi il peut mener au chaos. La révolte ne justifie donc pas une rébellion destinée à provoquer la chute d'un gouvernement, et il n'autorise pas non plus l'action individuelle.

L'idée d'un droit à la révolte est non seulement admissible, mais c'est aussi un devoir               

Parler de la possibilité d' "admettre l'idée d'un droit à la révolte" semble sous entendre que ce dernier n'est pas légitime, qu'il est à manier avec précaution, et qu'il n'est pas concrètement envisageable : il n'est qu'une supposition, ou même qu'un rêve.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4623 mots (soit 7 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " La révolte est-elle un droit ? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit