LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le rire est le propre de l'homme. ? Le rôle du gouvernement est-il seulement de ... >>


Partager

Le rôle de l'historien est-il de juger ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le rôle de l'historien est-il de juger ?



Publié le : 5/11/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Le rôle de l'historien est-il de juger  	?
Zoom

Angles d’analyse

Le problème de l’histoire constitue un problème philosophique car il concerne le statut même du passé, et il engage la destination de l’humanité.
La question centrale pour l’historien réfléchissant sur son activité et faisant œuvre ainsi d’épistémologue est en effet celle de l’objectivité de la connaissance qu’il donne du passé : il faut entendre par là non seulement l’impartialité du récit historique, mais sa conformité aux événements eux-mêmes. Mais l’histoire a affaire à des hommes et donc à des comportements porteurs de sens, d’intentions souvent obscures et cachées qu’il convient de déchiffrer. La subjectivité de l’historien semble ainsi inclut comme méthode d’approche de son objet. Il ne peut pour autant pas s’agir de n’importe quelle subjectivité.
C’est donc à partir de la question de la subjectivité de l’historien que se pose la question de son rôle par rapport à sa discipline (qui engage a fortiori notre propre rapport par rapport à cette même discipline) La fonction de l’historien est-elle de classer les événements en fonction de leur valeur morale ? C’est donc, en creux, la question de la réalité de ce qu’on appelle « sens de l’histoire « qui est aussi en question.
On met ici en question la nature de la discipline historique et ses prétentions à travers la question de la fonction de l’historien.


Problématique

L’historien doit-il, alors qu’il travaille sur les événements du passé,  juger de la valeur de certains faits, les comparer à d’autres ? Est-ce là la véritable fonction de l’écrivain ? Et en ce cas, qu’est-on en droit d’attendre de sa discipline ? la question de la subjectivité et de l’objectivité de l’historien est donc au cœur de la question. Peut-on faire de l’histoire, et doit-on, sans apporter le moindre jugement ? Dans cette perspective, que pouvons-nous espérer apprendre de l’histoire ?



L'historien est là pour reconstituer les faits passés et de nous donner les éléments pour condamner ce qui s'est passé. Le rôle de juge qu'endosse l'historien est une des garanties qui fait qu'on peut apprendre quelque chose du passé : il est alors le garant d'une certaine moralité du passé, ou au contraire d'une immoralité du passé qui tend à le faire condamner (et donc, a fortiori, à le prévenir dans le futur)               II-                L'impératif d'objectivité et de distanciation   ·         Cependant, dans cette perspective, si c'est l'historien qui est proprement le juge du passé alors il n'y a certainement aucune objectivité possible. Et qui dit manque d'objectivité, dit manque d'impartialité. Or le propre même du juge est de rester impartial, de pas trancher avant d'avoir tous les éléments, ne pas constituer un dossier à charge. Le rôle de l'historien est bien plutôt celui de l'enquêteur, bien moins que celui du juge (celui qui reçoit le rapport de l'historien exerce, en droit, la véritable fonction de juge). On retrouve ici l'étymologie : synonyme d'information, d'enquête. ·         On peut ainsi prendre l'exemple de Thucydide, avec L'histoire de la guerre du Péloponnèse, qui réalise un véritable effort pour dégager un principe d'intelligibilité de part son souci d'exactitude et de documentation approfondie. Il vise une « histoire authentique », observe une approche critique envers les apparences en vue d'être le plus objectif qu'on puisse l'être dans le domaine des sciences humaines. ·         Le rôle de l'historien est donc bien moins de se faire juge que de présenter un dossier détailler afin que l'on puisse, à partir de là, juger de la valeur de tel ou tel fait historique par nous-même. ·         Le rôle de l'historien se précise par rapport au statut de la discipline elle-même.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1592 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Le rôle de l'historien est-il de juger ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit