Y a-t-il du romancier dans l'historien ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il du positif dans la guerre ? Y a-t-il du sérieux dans l'art ? >>


Partager

Y a-t-il du romancier dans l'historien ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Y a-t-il du romancier dans l'historien ?



Publié le : 16/6/2006 -Format: Document en format HTML protégé

	Y a-t-il du romancier dans l'historien 	?
Zoom

Un romancier est celui qui pratique l’art du roman, genre littéraire aux contours mouvants, caractérisé pour l'essentiel par une narration fictionnelle plus ou moins longue, ce qui le distingue de la nouvelle (celle-ci étant traditionnellement un genre littéraire de faible durée). Le roman peut également être défini comme un ouvrage en prose, laissant une forte place à l’imaginaire. Milan Kundera le caractérise comme « forme exploratoire de la vie « en tant qu’il se rapporte aux incarnations diverses de la vie humaine au cours de l’histoire, dont il essaye de traduire, au moins formellement, la singularité.

 

Un historien est un spécialiste de la discipline Historique, c'est-à-dire du discours qui prétend reconstituer la trame et le sens des événements qui ont eu lieu dans le passé. La qualité d’Historien s’acquière en fonction de critères variables selon les pays, mais qui discriminent ceux et celles qui ont droit de le porter a partir d’évaluations universitaires (concours, niveau d’études…).

La question « y a-t-il du romancier dans l’historien ? « peut nous apparaître particulièrement pertinente dans la mesure où elle concerne indirectement la dimension scientifique de la discipline historique. En effet, le propre de l’art du romancier est de mettre en ordre un discours essentiellement fictif : créateur des personnages et des évènements dont il est question dans son œuvre, il ne prétend nullement dire la vérité exacte de ce qui est advenu dans le passé, mais à créer un récit capable de s’affranchir de la norme absolue et contraignante de la vérité. A contrario, l’historien est celui qui prétend faire une ascèse à fin de dire la vérité du passé, de ne rien mêler de subjectif à sa présentation dépassionnée et aussi complète que possible de ce qui est advenu. Cependant, malgré cette ambition, il semble bien souvent que quelque chose de l’art du romancier entre dans l’écriture de l’historien, dans la mesure où ce dernier, à l’image de l’auteur de romans, doit organiser des faits dans un récit, les mettre en scène et, ce faisant, s’expose à les gauchir peu ou prou. Mais nous verrons que précisément, tout l’effort de la discipline historique est de creuser l’écart entre le romancier et l’historien, d’évacuer tout ce qui peut être romanesque dans l’écriture historique afin que celle-ci puisse susciter notre conviction.

La question au centre de notre travail sera donc de déterminer dans quelle mesure l’historien parvient à éviter l’entrée de toute composante romanesque dans son écriture, de sorte à faire correspondre son travail à des normes de scientificité.  

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Y a-t-il du romancier dans l'historien 	? Corrigé de 2258 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Y a-t-il du romancier dans l'historien ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Y a-t-il du romancier dans l'historien ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit