LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Régimes politiques du Liban et du Monde Arabe PENSEE POLITIQUE DANS LE MONDE ARABE >>


Partager

ROUSSEAU et la contestation démocratique de l'absolutisme

Philosophie

Aperçu du corrigé : ROUSSEAU et la contestation démocratique de l'absolutisme



document rémunéré

Document transmis par : hayekjoseph


Publié le : 28/12/2012 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
ROUSSEAU et la contestation démocratique de l'absolutisme
Zoom

I-                L’égalité perdue

(L’origine et le fondement de l’inégalité parmi les hommes)

A- Le passage de l’état de nature à la société établie ou le discours sur l’origine et le fondement de l’inégalité parmi les hommes :

 

A l’état de nature, les hommes vivaient libres et égaux. C’est le passage à la société établie qui a provoqué l’inégalité et la servitude. Dans le discours :

 

1- L’état de nature :

La manière de vivre prescrite aux hommes par la nature était simple, uniforme et solitaire. En cela, leur condition était la même que celle des animaux. Dans cet état sauvage, ils ont vécu libres, le coeur en paix et le corps en santé et « n’ayant entre eux aucune relation morale ni de devoir commun, ils ne pouvaient être ni bons ni méchants et n’avaient ni vice ni vertu «, un sentiment naturel, la pitié, suffisait à modérer l’amour de soi ou l’égoïsme des passions individuelles et intimait aux hommes non pas cette maxime de la justice raisonnée qui est «  fais à autrui ce que tu veux qu’on te fasses « mais une règle que dictait la bonté naturelle moins parfaite que la précédente mais utile à l’état sauvage « fais ton bien avec le moindre mal d’autrui qu’il est possible «.

 

A la différence des autres créatures, l’homme est libre et perfectible.

En tant qu’agent libre, il peut acquiescer et résister. En tant qu’être perfectible, il peut dépasser le stade de l’instinct ou la nature l’avait placé. Aussi va t il pouvoir s’adapter aux circonstances nouvelles engendrées par l’accroissement de l’espèce humaine.

Il invente l’outil qui augmente ses capacités et l’arme qui complète ses forces.

Il exploite la nature pour parer à la rigueur de ses élements. Dans cette activité, il apprend à percevoir le rapport entre les être et les choses c.à.d. à porter des jugements, à distinguer l’intérêt commun de l’intérêt particulier ; la valeur de la solidarité dans le premier cas est celle de l’action individuelle dans le second.

Il se sédentarise et du fait même naît la famille. Tout comme du voisinage, naissent ses premiers rapports avec ses semblables. Ainsi apparus les premiers groupements humains, unis non par les lois ni les règlements dit Rousseau mais par le même genre de vie et d’aliments et par l’influence commune du climat.

 

On conçoit alors que l’homme ayant rompu sa solitude, ne pouvait plus être seul juge de sa conduite et celle d’autrui. La moralité s’introduisit dans la vie des hommes en même temps que s’introduisit les règles de la civilité. (La morale est un système théorique philosophique ou religieux de valeurs plus ou moins organisé, la morale de Kant, l’éthique d’Aristote, la morale chrétienne. La moralité serait un ensemble de règles pratiques qui régissent pratiques coutumes,  une recherche empirique du devoir d’être, ceci est, ceci est mauvais et on s’y conforme).

 

Ce stade qui tient le juste milieu entre l’état primitif et la société établie, ce stade est qualifié par Rousseau « jeunesse du monde «. Il dû être dit il la période la plus heureuse et la plus durable, l’homme était fait pour y rester toujours puisqu’il jouissait de l’égalité et de la liberté naturelles.

Deux circonstances fortuites: la découverte de l’agriculture et l’invention de la métallurgie, allaient perdre à jamais cet âge d’or.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 38069 mots (soit 53 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "ROUSSEAU et la contestation démocratique de l'absolutisme" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit