NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il des arts mineurs ? Le problème central de la politique, c'est l ... >>


Partager

Rousseau écrit: l'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté. Cette liberté vous paraît-elle être la condition de la moralité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Rousseau écrit: l'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté. Cette liberté vous paraît-elle être la condition de la moralité ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
	Rousseau écrit: l'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté. Cette liberté vous paraît-elle être la condition de la moralité ?
Zoom

Voilà pour le fond marxiste de la théorie,

lequel permet de s\'autoproclamer représentant

du camp des réformateurs, opposés à une droite

conservatrice et liberticide. Voilà aussi pourquoi,

précisément, il y a une tradition de haine

de l\'école qui a toujours existé sur cette rive de

la pensée politique.

La conséquence qui en est tirée est cependant

d\'inspiration individualiste. Après l\'échec tragique

des projets stalinien et maoïste, il n\'est

plus possible aujourd\'hui de préconiser une

transformation radicale des hommes, et les révolutionnaires

d\'hier doivent eux-mêmes mettre en

avant la liberté individuelle. C\'est pourquoi le

pédagogue réformateur présuppose que l\'enfant

doit seulement être révélé à lui-même. Selon lui,

le rôle du maître idéal est purement négatif.



Rousseau écrit: l\'obéissance à la loi qu\'on s\'est prescrite est liberté. Cette liberté vous paraît-elle être la condition de la moralité ?


rien faire qui puisse brimer la spontanéité de son

élève, son authenticité : telle pourrait être sa

devise. Dorénavant, la tâche du maître est de

révéler, de maintenir une liberté déjà présente.

S\'ouvre alors la voie d\'une exigence absolue de

respect des différences que l\'école devrait

prendre en considération. Apparaît ensuite la

nécessité de mettre à mal la place symbolique du

maître, qui devra apprendre à encadrer, à animer,

à éveiller ses élèves parce que, finalement, il a

beaucoup à apprendre d\'eux. D\'ailleurs, et avec

un peu de chance, il pourra peut-être, lui aussi,

se révéler à lui-même à l\'occasion de l\'exercice

de son métier, s\'épanouir en se libérant enfin du

carcan disciplinaire dans lequel l\'école de la

bourgeoisie l\'avait enfermé. Et s\'il ne parvient

pas à cette libération, on fera intervenir les nouvelles

technologies. L\'écran d\'ordinateur

deviendra un outil précieux. Devant lui, maître

et élèves regarderont dans la même direction. Le premier ne sera plus face aux seconds, mais

parmi eux. Ceux-ci, absorbés par les images, ne

s\'égareront plus, et celui-là se taira enfin, ce qui

lui évitera d\'être intempestif. Bref, les individualités

se trouveront respectées. Certes, la paix



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 7171 mots (soit 10 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Rousseau écrit: l'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté. Cette liberté vous paraît-elle être la condition de la moralité ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit