NoCopy.net

ROUSSEAU: L'homme et l'animal

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ROUSSEAU: Tant que les hommes se contenteren ... ROUSSEAU: Etat, lois et volonté générale >>


Partager

ROUSSEAU: L'homme et l'animal

Philosophie

Aperçu du corrigé : ROUSSEAU: L'homme et l'animal



Publié le : 27/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	ROUSSEAU: L'homme et l'animal
Zoom

 

Il s’agit d’identifier la différence spécifique (ce qui le définit comme espèce) de l’homme, son propre. L’essence même de l’homme, sa nature repose dans la perfectibilité – que l’on peut identifier à la liberté – tant " dans l’espèce ", au niveau de l’histoire collective, orientée vers un progrès, que pour " l’individu ", dans le développement de ses facultés individuelles. La où l’homme se perfectionne, l’animal demeure prisonnier de son déterminisme ; l’homme est naturellement un être culturel et le passage à l’ordre culturel est nécessaire, inhérent à sa nature. Ce passage – peut-on encore parler de passage ? – n’a rien d’accidentel et ne renvoie à aucune réalité historique.

 



Mais, quand les difficultés qui environnent toutes ces questions, laisseraient quelque lieu de disputer sur cette différence de l'homme et de l'animal, il y a une autre qualité très spécifique qui les distingue, et sur laquelle il ne peut y avoir de contestation c'est la faculté de se perfectionner; faculté qui, à l'aide des circonstances développe successivement toutes les autres, et réside parmi nous tant dans l'espèce que dans l'individu, au lieu qu'un animal est, au bout de quelques mois, ce qu'il sera toute sa vie, et son espèce, au bout de mille ans, ce qu'elle était la première année de ces mille ans. Pourquoi l'homme seul est-il sujet à devenir imbécile ? N'est-ce point qu'il retourne ainsi dans son état primitif, et que, tandis que la bête, qui n'a rien acquis et qui n'a rien non plus à perdre, reste toujours avec son instinct, l'homme, reperdant par la vieillesse ou d'autres accidents, tout ce que sa perfectibilité lui avait fait acquérir, retombe ainsi plus bas que la bête même ? Il serait triste pour nous d'être forcés de convenir que cette faculté distinctive, et presque illimitée, est la source de tous les malheurs de l'homme; que c'est elle qui le tire, à force de temps, de cette condition originaire dans laquelle il coulerait des jours tranquilles et innocents; que c'est elle, qui faisant éclore avec les siècles ses lumières et ses erreurs, ses vices et ses vertus, le rend à la longue le tyran de lui-même, et de la Nature. ROUSSEAU


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	ROUSSEAU: L'homme et l'animal	Corrigé de 2115 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " ROUSSEAU: L'homme et l'animal " a obtenu la note de : aucune note

ROUSSEAU: L'homme et l'animal

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit