NoCopy.net

ROUSSEAU: langage et organes

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ROUSSEAU: les inégalités entre les hommes so ... ROUSSEAU: Si nous avons un prince, disait Pl ... >>


Partager

ROUSSEAU: langage et organes

Philosophie

Aperçu du corrigé : ROUSSEAU: langage et organes



Publié le : 29/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	ROUSSEAU: langage et organes
Zoom

Ordre des idées


1) Une thèse : Chez l'homme, ce qui prime c'est la faculté de communiquer plutôt que les organes naturels permettant cette communication.

2) Explication : l'homme veut communiquer et utilise pour cela de manière conventionnelle les organes à sa disposition. (Les langages humains sont donc acquis et relèvent de l'artificiel, de la culture.)

3) Un argument : les animaux possèdent bien des organes de communication et des langages, mais ils n'utilisent jamais les premiers de manière arbitraire ni ne peuvent modifier les seconds. (Les langages animaux sont innés et relèvent de la nature.) 4) Conséquence : parce qu'il est conventionnel (arbitraire), donc toujours modifiable, le langage humain, contrairement au langage animal, immuable, autorise un progrès.

 



L'invention de l'art de communiquer nos idées dépend moins des organes qui nous servent à cette communication, que d'une faculté propre à l'homme, qui lui fait employer ses organes à cet usage, et qui, si ceux-là lui manquaient, lui en ferait employer d'autres à la même fin. Donnez à l'homme une organisation tout aussi grossière qu'il vous plaira : sans doute il acquerra moins d'idées ; mais pourvu seulement qu'il y ait entre lui et ses semblables quelque moyen de communication par lequel l'un puisse agir et l'autre sentir, ils parviendront à se communiquer enfin tout autant d'idées qu'ils en auront. Les animaux ont pour cette communication une organisation plus que suffisante, et jamais aucun d'eux n'en a fait cet usage. Voilà, ce me semble, une différence bien caractéristique. Ceux d'entre eux qui travaillent et vivent en commun, les castors, les fourmis, les abeilles, ont quelque langue naturelle pour s'entrecommuniquer, je n'en fais aucun doute. [... ] Quoi qu'il en soit, par cela même que les unes et les autres de ces langues sont naturelles, elles ne sont pas acquises ; les animaux qui les parlent les ont en naissant : ils les ont tous, et partout la même ; ils n'en changent point, ils n'y font pas le moindre progrès. La langue de convention n'appartient qu'à l'homme. Voilà pourquoi l'homme fait des progrès, soit en bien soit en mal, et pourquoi les animaux n'en font point. ROUSSEAU


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	ROUSSEAU: langage et organes	Corrigé de 1770 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " ROUSSEAU: langage et organes " a obtenu la note de : aucune note

ROUSSEAU: langage et organes

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit