LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< « La liberté ne nous est pas donnée au princ ... Examiner cette assertion d'un penseur contem ... >>


Partager

La sagesse consiste-t-elle à savoir davantage pour pouvoir davantage et conquérir la nature; ou bien à maîtriser et à borner ses désirs afin de réduire au minimum la dépendance où nous nous trouvons par rapport aux choses ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La sagesse consiste-t-elle à savoir davantage pour pouvoir davantage et conquérir la nature; ou bien à maîtriser et à borner ses désirs afin de réduire au minimum la dépendance où nous nous trouvons par rapport aux choses ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	La sagesse consiste-t-elle à savoir davantage pour pouvoir davantage et conquérir la nature; ou bien à maîtriser et à borner ses désirs afin de réduire au minimum la dépendance où nous nous trouvons par rapport aux choses ?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
La sagesse consiste-t-elle à savoir davantage pour pouvoir davantage et conquérir la nature; ou bien à maîtriser et à borner ses désirs afin de réduire au minimum la dépendance où nous nous trouvons par rapport aux choses ?




De plus, il faut le reconnaître, un certain stoïcisme est bienfaisant : il tonifie et immunise contre les mesquines déceptions de l'existence; l'insensibilité voulue donne une délicatesse de sentiments qui manque à celui qui n'a pas appris à se raidir contre la première impression; il est bien vrai qu'il n'y a de bonheur possible sur terre qu'à la condition de freiner ses désirs et que la sagesse nous demande de nous abstenir de trop désirer. Mais la morale stoïcienne, et d'une façon générale toute morale prêchant la restriction des désirs, ne fournit qu'un programme négatif : elle se contente de porter des interdits et d'indiquer ce qu'il ne faut pas faire. Un tel programme peut-il suffire à encadrer la vie et est-il sage de s'y rallier ? Il ne le semble pas. En effet, désirer est naturel à l'homme, et la résolution d'étouffer tout désir est une prétention contre nature qui aboutirait à l'assoupissement de la vie de l'âme, si la nature elle-même, plus forte que la volonté, ne se ressaisissait pas et ne prenait pas sa revanche, le plus souvent au détriment de la morale et de la sagesse. Ensuite, si un désir frustré est une source de peine, c'est au désir que nous devons les plus douces et les plus profondes de nos joies : les événements ne nous font plaisir que dans la mesure où nous les désirons; bien plus, avant qu'ils arrivent et même s'ils ne doivent jamais arriver, nous jouissons par avance de l'objet dont le désir escompte la possession; les plus pures de nos joies sont, sans doute, celles que nous avons éprouvées dans la perspective d'un avenir heureux illuminé par le désir. Enfin, rien de grand ne se faisant que sous l'impulsion d'un grand désir, se défendre de rien désirer de difficile, c'est se vouer à la médiocrité et à l'inertie. D'ailleurs, la maîtrise des désirs elle-même est une de ces grandes choses qui n'est possible que grâce à un puissant désir de dominer sa nature sensible et de la soumettre à la raison; par suite, celui qui prétend tuer tout désir en lui se contredit, car le ressort du désir est nécessaire pour réaliser cette grande oeuvre de la régulation des désirs. Elle n'est donc pas sage, la résolution de restreindre systématiquement ses désirs, qui constituent un élément essentiel du bonheur et un important facteur de l'activité morale; il manque de sagesse celui qui met son idéal dans un désintéressement inerte. S'il est des désirs qui asservissent et préparent des déceptions, il en est aussi qui libèrent et sont les précurseurs des grandes réalisations.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2303 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La sagesse consiste-t-elle à savoir davantage pour pouvoir davantage et conquérir la nature; ou bien à maîtriser et à borner ses désirs afin de réduire au minimum la dépendance où nous nous trouvons par rapport aux choses ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit