NoCopy.net

Saint Thomas d'Aquin: Droit naturel et droit divin

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Saint Augustin: Les choses futures ni les ch ... Saint Thomas d'Aquin: Recevoir un intérêt ou ... >>


Partager

Saint Thomas d'Aquin: Droit naturel et droit divin

Philosophie

Aperçu du corrigé : Saint Thomas d'Aquin: Droit naturel et droit divin



Publié le : 26/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Saint Thomas d'Aquin: Droit naturel et droit divin
Zoom

C'est par une vérité affirmée comme universel que Saint Thomas commence cet extrait. "Rien de ce qui est de droit humain ne saurait déroger à ce qui est de droit naturel ou de droit divin". Cette vérité fonde une hiérarchie des droits, subordonnant le droit humain ou positif, cad le droit édicté par l'homme et pour l'homme, au droit naturel, qui désigne le droit établi par la nature ou encore ce qu’en termes platoniciens on pourrait appeler l’Idée de juste. Le droit naturel n'est pas né de l'artifice humain mais provient de la nature donc de Dieu. Le principe de Saint Thomas revient donc à limiter l'arbitraire des lois humaines (trop humaines). Ce droit naturel fixe un programme au législateur : instituer une juridiction positive qui soit la moins éloignée possible de l’idée du Juste, ou réformer la législation existante, pour la rapprocher de cet idéal.



En effet rien de ce qui est de droit humain ne saurait déroger à ce qui est de droit naturel ou de droit divin. Or selon l'ordre naturel institué par la divine providence, les réalités inférieures sont subordonnées à l'homme, afin qu'il les utilise pour subvenir à ses besoins. Il en résulte que le partage des biens et leur appropriation selon le droit humain ne suppriment pas la nécessité pour les hommes d'user de ces biens en vue des besoins de tous. Dès lors, les biens que certains possèdent en surabondance sont destinés, par le droit naturel, à secourir les pauvres. C'est pourquoi saint Ambroise écrit : «Le pain que tu gardes appartient à ceux qui ont faim, les vêtements que tu caches appartiennent à ceux qui sont nus et l'argent que tu enfouis est le rachat et la délivrance des malheureux. » Or le nombre de ceux qui sont dans le besoin est si grand qu'on ne peut pas les secourir tous avec les mêmes ressources, mais chacun a la libre disposition de ses biens pour secourir les malheureux. Et, même en cas de nécessité évidente et urgente, où il faut manifestement prendre ce qui est sous la main pour subvenir à un besoin vital, par exemple quand on se trouve en danger et qu'on ne peut pas faire autrement, il est légitime d'utiliser le bien d'autrui pour subvenir à ses propres besoins; on peut le prendre, ouvertement ou en cachette, sans pour autant commettre réellement un vol ou un larcin. Saint Thomas d'Aquin


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Saint Thomas d'Aquin: Droit naturel et droit divin	Corrigé de 1042 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Saint Thomas d'Aquin: Droit naturel et droit divin " a obtenu la note de : aucune note

Saint Thomas d'Aquin: Droit naturel et droit divin

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit